RMC Sport

Finales NBA : le Heat survit aux Spurs !

LeBron James à la lutte avec Tim Duncan

LeBron James à la lutte avec Tim Duncan - -

Après un money-time complètement dingue ce mardi soir, Miami arrache le match 7 dans ces finales NBA en s’imposant après prolongation (103-100) face à San Antonio. LeBron James a été monstrueux, avec un triple-double (32 points, 10 rebonds, 11 passes). Suite et fin jeudi soir en Floride.

Inoubliable. Un chapitre de la légende de la NBA a été écrit par quelques héros mardi soir à Miami, lors d’un match 6 des finales 2013 qui restera dans les mémoires. LeBron James, Ray Allen, Chris Bosh, Tim Duncan, Tony Parker… Ils ont offert aux spectateurs de l’American Airlines Arena et aux passionnés du monde entier un affrontement d’une intensité exceptionnelle, d’un suspense insoutenable. Les Spurs avaient une balle de match, la première dans ces finales NBA. Le Heat l’a sauvée avec une énergie folle. Une prestation immense de LeBron James (32 points, 10 rebonds, 11 passes). Un tir à trois points de Ray Allen pour égaliser à 5 secondes de la fin du quatrième quart temps. Deux contres de Chris Bosh sur les deux dernières actions des Spurs, en prolongation (103-100). Et un match 7 jeudi soir en Floride !

Cardiaques, s’abstenir… Car si les 48 dernières minutes de la saison sont aussi dingues que les 53 qui ont été proposées ce mardi soir, les pulsations s’emballeront dangereusement. Longtemps serein, San Antonio a crû tenir son cinquième titre de champion après 1999, 2003, 2005 et 2007. Tim Duncan a tout fait pour, avec un match fabuleux (30 points, 17 rebonds). Sa meilleure performance en finales depuis 2003. Tony Parker (19 points, 8 passes) a lui surgi à 90 secondes de la fin du quatrième quart temps, avec cinq points consécutifs pour égaliser puis donner l’avantage aux Spurs. Mais le Heat ne voulait pas mourir. A l’image d’un LeBron James qui en a perdu son fameux bandeau, il s’est battu de toutes ses forces. Ce n’était pas du beau basket. Mais de la bagarre, sur chaque action.

LeBron James et Chris Bosh, les guerriers du Heat

Et c’est le « King » qui a mis les premiers coups. Perdu, hésitant, pendant une grande partie du match, il ne savait pas quoi faire avec le ballon en main. Alors il a décidé de foncer droit devant, de s’arracher, de conclure en force. Comme s’il entendait déjà les critiques qui auraient été forcément émises sur son statut, sa place dans l’histoire de la NBA… L’action du match ? Son contre sur Tim Duncan puis son lay-up face à l’immortel intérieur des Spurs à 6 minutes de la fin du quatrième quart temps. Illustration parfaite de sa rage de vaincre, ou plutôt de ne pas perdre, et de son omniprésence avec ce triple-double monstrueux (32 points, 10 rebonds, 11 passes). Le premier du genre en finales depuis Charles Barkley en 1993. Gigantesque !

Une immense force de caractère partagée par Chris Bosh. L’intérieur du Heat, cette troisième pièce du Big Three souvent raillée, avait promis avant le match que Danny Green n’aurait pas de position ouverte lors ce match 6. Il a tenu parole. Limité à 3 points (1/7 aux tirs), l’ailier des Spurs n’a eu aucun impact. Et Chris Bosh en personne est venu le contrer sur l’ultime action de la prolongation. Un rebond et une passe pour Ray Allen à la fin de la prolongation. Deux contres, avec celui face à Tony Parker, pour finir. Chris Bosh s’est mué en guerrier, quand certains Spurs perdaient leur concentration et fêtaient le titre un peu trop tôt sur le banc. La dynamique est désormais clairement en faveur du Heat avant le match 7. La foi du survivant contre le doute du bourreau.

A lire aussi :

- Finales NBA : revivez Miami - San Antonio

- Tony Parker : « C’est dur... »

- Jacques Monclar : « C’est caviar et champagne ! »


Spurs vs. Heat: Game 6 par NBA

LP