RMC Sport

Nash, une star à Paris

Steve Nash

Steve Nash - -

Double MVP (meilleur joueur) de la NBA, le Canadien Steve Nash est l’un des meilleurs basketteurs au monde. De passage ce samedi à Paris pour disputer, à Coubertin, le match de gala du camp d’été de Tony Parker, le meneur des Phoenix Suns s’est confié à RMC Sport.

Dans la rue, si vous le croisez sans le connaître, vous ne vous douterez pas que ce bonhomme martyrise les grands échalas sur les parquets NBA. A 37 ans, Steve Nash est pourtant l’un des meilleurs joueurs de la planète basket. Un meneur intelligent, au shoot fiable et au sens de la passe rare, récompensé de son talent par deux titres de MVP (meilleur joueur) de la saison régulière NBA en 2005 et 2006. Une star de la balle orange, une vraie, qui a enchanté les milliers de spectateurs venus, ce samedi à Paris, assister au match de gala du camp d’été de Tony Parker organisé à Coubertin.

Une présence due à sa relation avec le meneur des San Antonio Spurs et de l’équipe de France. « Tony et moi sommes devenus amis, a raconté Nash au micro de RMC à l’occasion d’une émission spéciale depuis Coubertin. Il m’a demandé de venir et j’avais envie de le soutenir. Je voulais aussi découvrir sa vie, le pays d’où il vient, ce qu’il représente pour les gens ici, ce qu’il fait pour les enfants. Je suis très heureux d’avoir pu faire ça. » Comme un renvoi d’ascenseur pour son ami TP, qui se rend tous les étés taquiner le ballon de… football au match de gala de sa fondation organisé à New York. « Ça fait trois ans que j’y vais avec plaisir », indique Parker.

Parker : « C’est un très bon joueur de foot »

Un rendez-vous qui lui permet d’apprécier le toucher de balle de Nash, ancien footballeur et amoureux transi de ce sport. « C’est un très bon joueur », confie Tony. Nash relativise : « Ma réputation est meilleure que mon niveau réel, répond le Canadien. Mais je m’en satisfais. (Rires.) Je suis supporter de Tottenham. C’était déjà l’équipe de mon grand-père et de mon père. On a beaucoup de joueurs français. » La venue de Nash en Europe est également l’occasion d’évoquer avec lui la possibilité, lock-out NBA oblige, de le voir jouer en Europe la saison prochaine : « Le jeu se porte très bien en Europe et j’adorerais venir y jouer. Ça va être compliqué pour moi, même avec le lock-out, car j’ai trois enfants. C’est difficile de bouger aussi loin avec eux. Peut-être que j’aurai l’occasion de venir avec eux plus tard, à la fin de ma carrière. Ce serait génial. » On est bien d’accord avec lui.