RMC Sport

NBA: Enfermé dans la bulle d'Orlando, Paul George a fait une dépression

Méconnaissable lors du début des playoffs, Paul George a expliqué dans une interview à TNT avoir souffert d'anxiété et de dépression dans la bulle d'Orlando, où se déroule la fin de la saison NBA. Mais l'ailier de 30 ans a pu compter sur le soutien de son équipe et de ses proches pour sortir la tête de l'eau.

Il est apparu complètement à côté de ses baskets au début de la série. Maladroit dans ses shoots, fébrile, peu inspiré, Paul George a débuté comme un fantôme la confrontation face à Dallas, au premier tour des playoffs. Mais l'ailier des Clippers a finalement retrouvé la lumière lors du match 5, pour aider sa franchise à signer son record de points à ce niveau de la compétition (154-111). Un carton qui a permis à Los Angeles de prendre la main dans la série (3-2). Et à sa star de 30 ans de mettre des mots sur son passage à vide spectaculaire.

Dans une interview accordée à TNT, reprise par ESPN, l'ancien joueur d'OKC confie avoir souffert de l'enfermement dans la bulle d'Orlando, où se déroule la fin de la saison NBA. Malgré le confort des installations de Disney Wolrd.

"J'ai sous-estimé la santé mentale, honnêtement, explique-t-il. J'avais de l'anxiété et j'ai même fait un peu de dépression, par rapport au fait d'être bloqué ici. C'est vraiment difficile. Toute la journée, c'est juste du basket. Bravo à la NBA d'avoir créé cet environnement, mais en même temps, c'est dur. Dans les matchs 2,3 et 4, j'avais l'impression que je n'étais pas là."

"Tous mes gars m'ont aidé"

Pour l'aider à remonter la pente, Doc Rivers s'est entretenu avec lui. Seul à seul. "PG et moi, nous nous sommes assis dans ma chambre après le match 4, explique le coach de Lob City. Nous avons eu une longue discussion, pas seulement sur le basket-ball, vraiment. Plusieurs joueurs l'ont fait également." 

Un soutien qui a aidé le six fois All Star à reprendre du plaisir sur le parquet. "Tous mes gars ont aidé. J'ai une excellente conversation avec Doc. Toute ma famille était là. Ma copine, Gracie, mes enfants, tellement de personnes que je peux nommer et à qui j'ai parlé au cours des dernières 24 heures. Ils m'ont tous aidé à retrouver un meilleur état d'esprit." A lui de le confirmer pour le match 6 face aux Mavericks, dans la nuit de jeudi à vendredi.

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur