RMC Sport

« Ne pas sous estimer un champion »

-

- - -

San Antonio l’a fait. Dans un match décisif, les Spurs se sont imposés à la Nouvelle-Orleans (91-82) et se qualifient pour la finale de la Conférence Ouest face aux Los Angeles Lakers.

Tony, grâce à ce succès à New Orleans, les Spurs disputeront la finale de la Conférence Ouest face aux Lakers.
Ce n’est pas de la prétention mais il ne faut pas sous estimer un champion. Nous ne sommes pas champions pour rien. Lorsque nous avons remporté nos trois titres, nous avions su gagner de gros matchs à l’extérieur. C’est ce que nous avons su faire ce soir. On avait confiance en nous, même si nous avions perdu nos trois matchs à New Orleans. On voulait une seule chose pour ce match décisif : jouer durant 48 minutes. C’était notre seule chance pour atteindre cette finale. Gagner un Game 7, c’est ce qui fait la marque des champions.

Votre expérience a-t-elle joué un rôle dans cette victoire ?
Oui, complètement. Nous avons un vécu ensemble, nous avons l’expérience des gros matchs. A un moment donné, il fallait bien que ça joue. On a senti qu’ils étaient fébriles, ils ne rentraient plus un shoot dans le 3e quart-temps. On a su à ce moment-là que la victoire n’était plus très loin.

New Orleans a tout de même eu un sursaut d’orgueil en revenant à 3 points à une minute de la fin du match.
Nous avions 15 points d’avance à l’entame du dernier quart-temps. Et d’un seul coup, on ne rentrait plus rien. On enchaînait les briques. Lorsque New Orleans est revenu à 3 points, Gregg Popovich a annoncé le système pour moi. J’ai été assez surpris puisque la balle terminait depuis le début dans les mains de Tim (Duncan) et Manu (Ginobili). Je me suis alors dit : « Vas-y, Pop a confiance en toi, il faut donc la rentrer. » Et ça a fait mouche à 6 mètres. J’étais très heureux, cela nous a permis de faire un break sur cette fin de match.

Ce soir, où avez-vous fait la différence ?
Nous avons très bien défendu. J’ai dépensé énormément d’énergie sur Chris Paul, je me suis défoncé. A la fin du match, j’étais vraiment mort. Tout le monde s’est arraché. Notre banc nous a d’ailleurs énormément apporté. Horry, Finley et Udoka ont rentré six de nos douze shoots à 3 points. Il fallait que tout le monde joue bien pour s’imposer.

Comment vous sentez-vous après ce match ?
Heureux, soulagé. J’ai pris énormément de plaisir à gagner ce gros match. C’est ça qui est génial dans le sport, c’est qu’on ne se lasse jamais de la victoire. Tout le monde était très heureux dans le vestiaire. Voir tous ces sourires, j’en avais des frissons. En plus, avec Pop et Tim, c’est la première fois qu’on gagne un match 7 à l’extérieur. Nous ne sommes pas champions mais ce qu’on vient de réaliser, c’est tout de même fort. On revient de très loin.

Votre joie va être de courte durée puisque la NBA a programmé votre match face aux Lakers dès demain soir à Los Angeles…
Sur ce coup-là, ils sont durs avec nous. Mais nous n’avons pas le choix, il va falloir donner le maximum. On a conscience que ça va être difficile de se remettre dans le bain. Mais quand on joue une finale de Conférence, il faut oublier la fatigue et trouver les ressources nécessaires pour gagner. Los Angeles est une grande équipe, l’arrivée de Gasol en février a changé le visage des Lakers. En ce qui me concerne, c’est la cinquième fois que je les joue en huit ans. C’est donc un grand classique entre ces deux équipes.

La rédaction