RMC Sport

Parker : « Ça fait 15 ans que Gasol est sur mon passage ! »

Tony Parker

Tony Parker - -

Tony Parker, membre de la Dream Team RMC Sport, accueillait Pau Gasol dans le TP Show ce lundi sur RMC. Le meneur de jeu des Spurs est ami avec l’intérieur des Lakers, malgré la rivalité entre la France et l’Espagne.

Son retour de blessure

« J’ai rejoué trois semaines pile après ma blessure (entorse de la cheville gauche). J’avais déjà envie de rejouer depuis deux matchs. J’aurais pu rejouer contre Cleveland et Golden State. On a décidé avec Pop’ (Gregg Popovich) ça ne servait à rien que je reprenne pour jouer 15 minutes. Il voulait que je revienne pour jouer 30-35 minutes et être titulaire. On était à 21 jours. J’ai joué normalement, 37 minutes (22 points). C’était un match difficile contre Utah, qui est allé en prolongation. Et c’était une bonne victoire pour nous. »

Son premier match contre Pau Gasol

« C’est l’un des meilleurs joueurs européens de tous les temps. J’avais 16 ans quand je l’ai affronté pour la première fois. Il avait 18 ans. J’étais double surclassé en juniors. C’était un championnat d’Europe en Bulgarie. On avait perdu en poule. Eux, ils sont allés en finale et ils sont devenus champions d’Europe juniors. C’était la première fois que je côtoyais la grande Espagne. Il y avait aussi Navarro, Reyes, Raul Lopez… C’était déjà très, très impressionnant. Ça fait 15 ans que Pau est sur mon passage pour gagner une médaille d’or ! C’est comme ça, je suis tombé sur la génération dorée de l’Espagne. Ils ont une équipe très talentueuse. J’espère que ce sera notre tour cet été (Euro en Slovénie, du 4 au 22 septembre). »

Rivaux mais amis

« Je me suis toujours bien entendu avec lui, que ce soit quand il était à Memphis ou maintenant aux Lakers. On va dîner ensemble avec nos compagnes quand on joue l’un contre l’autre. Son frère, Marc, est génial aussi. »

Les France-Espagne

« Ça a une saveur spéciale. Ce sont de gros matchs. L’Espagne domine le basket européen depuis six, sept ans. Quand tu joues contre eux, tu joues contre le gratin, les meilleurs joueurs. Il y a beaucoup de pression, d’intensité. Les Espagnols, même si ce ne sont pas des matchs officiels, ils sont chauds ! Je pense que ça ne va que s’accentuer dans les prochaines années. La France et l’Espagne sont deux grosses nations du basket. »

Tension olympique à Londres

« Lors des trois ou quatre dernières compétitions officielles, c’est toujours l’Espagne qui nous a battus. Donc c’est vrai qu’on a envie de passer cette dernière marche. Que ce soit à l’Euro 2009, l’Euro 2011 ou les JO 2012, ça a été des matchs très, très chauds. On voit qu’on réduit l’écart. En quarts de finale des JO, on pensait vraiment qu’on allait gagner. Je pense que notre moment va arriver. On a toutes les cartes en main pour faire quelque chose de beau à l’Euro 2013. »