RMC Sport

Parker : « Je serre les dents »

-

- - -

Grippé et blessé à une cheville, Tony Parker vit des jours difficiles avec les San Antonio Spurs.

Tony, après une période difficile, on imagine que ce succès face aux Lakers vous fait énormément de bien au moral ?
Oui, ça fait du bien. Ca faisait longtemps qu’on n’avait pas gagné un gros match. La première mi-temps a pourtant été difficile, les Lakers ont connu énormément de réussite (60% au tir). Ils ont rejoint les vestiaires avec 9 points d’avance. On s’est repris dans le 3e quart-temps grâce à l’efficacité de notre banc. Il a été énorme. Udoka, avec 18 points, a réalisé le match de sa vie (7/10 au tir). Brent Barry l’a imité en rentrant deux tirs primés à la fin du quart-temps. Grâce à eux, on a pris 10 points d’avance. Nos shooteurs ont vraiment été performants, ils nous ont permis de gagner ce match. Je tiens également à préciser que Tim Duncan a été exceptionnel avec ses 28 points et 17 rebonds.

De votre côté, vous avez une nouvelle fois terminé avec 16 points au compteur…
Oui, j’ai pris un abonnement. Ca fait trois fois de suite que je marque 16 points. Sur les deux derniers matchs, je n’étais pas au mieux. J’ai la grippe, je ne me sens vraiment pas bien. Je suis cloué au lit, j’en sors seulement pour disputer les matchs. Hier soir, Pop m’a même proposé de rester à San Antonio et de ne pas faire le déplacement à Miami. Mais je ne veux pas laisser mes coéquipiers. Pour ne rien arranger, ma cheville me fait à nouveau souffrir. Je sers les dents…

Votre calendrier n’est pas fait pour arranger les choses puisque vous jouez dès ce soir à Miami.
Nous sommes arrivés à Miami à 4h30 du matin. Ce back to back (deux matchs en 24h) est difficile à négocier. Mais bon, on va essayer de faire de notre mieux. Pour rester dans le peloton de tête de la conférence ouest, il faut gagner. C’est un match très important. Ca sent en tout cas le match piège. Miami reste sur quatorze défaites d’affilée et le Shaq (O’Neal) est absent pour les deux prochaines semaines. Nous avons maintenant la journée pour nous reposer, Pop nous a donné rendez-vous ce soir pour le match. Il n’y a pas d’entraînement.

En arrivant à Miami, vous en avez profité pour suivre la rencontre entre Jo-Wilfried Tsonga et Rafaël Nadal. Qu’en avez-vous pensé ?
Je n’arrivais pas à dormir, j’étais super mal. J’ai donc suivi la rencontre. Jo-Wilfried a été impressionnant. Ce qui m’a le plus surpris, c’est la manière dont il a dominé le match et la confiance qu’il avait en lui. Ca a été un plaisir de le voir jouer. Avec la confiance qu’il a aujourd’hui et le jeu qu’il développe, tout est possible pour la finale. Après, si c’est Federer, ce sera un gros challenge. Mais pourquoi pas ? Il est tellement chaud que c’est peut-être son année.

La rédaction