RMC Sport

Pourquoi Joakim Noah est le meilleur pivot NBA

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Auteur de performances magistrales avec les Chicago Bulls, l’énergique fils de Yannick peut légitimement postuler au titre officieux de meilleur pivot de la ligue américaine. Où s’arrêtera la montée en puissance du bouillant Joakim ?

Lors de sa première année universitaire, à Florida, on n’aurait pas misé gros sur lui. S’il avait déjà un cœur gros comme ça, la technique médiocre de Joakim Noah ne laissait alors pas imaginer une brillante carrière à l’échelon supérieur. Tout faux. A 29 ans, le fils de Yannick tutoie les sommets. Signe particulier ? Sans doute le meilleur pivot actuel en NBA. Un joueur pas flashy mais sans égal sur le plan de la hargne et de l’énergie. Âme des Chicago Bulls, Noah se démultiplie aux quatre coins du terrain. Avec lui, chaque ballon représente une bataille. Chaque duel, un combat qu’il est hors de question de perdre, quitte à utiliser la parole pour faire déjouer l’adversaire. Une activité débordante qui le fait noircir la feuille comme aucun autre pivot NBA.

L'energie de Noah... se tourne parfois vers les arbitres

Nouvelle preuve ce dimanche face au Miami Heat de LeBron James, double champion en titre, avec une performance XXL : 20 points, 12 rebonds, 7 passes décisives et 5 contres. Sans oublier les deux triple-doubles en trois jours la semaine dernière qui placent le vice-champion d’Europe 2011 au troisième rang dans l’exercice dans l’histoire des Bulls derrière, excusez du peu, Michael Jordan et Scottie Pippen. Auteur de sa saison la plus complète – 12,2 points, 11,3 rebonds et 4,8 passes décisives de moyenne –, intelligence de jeu rare pour un joueur de sa taille, motivateur en chef, Noah entraîne ses coéquipiers dans son sillage et maintient les Bulls (35-28) en course pour les playoffs malgré la perte de deux All-Stars, Derrick Rose (blessure) et Luol Deng (transfert à Cleveland).

Un mix des meilleures actions de Joakim Noah aux Bulls

Parker : « Il devient meilleur en attaque »

« C’est le meilleur pivot en NBA en ce moment, juge Tony Parker. Il est sur un bon rythme et il enchaîne les performances. Il a toujours été là défensivement et au niveau de la passe mais il progresse et devient meilleur en attaque. » De quoi pousser le public et les journalistes qui suivent la franchise de l’Illinois à évoquer son nom pour la course au titre de meilleur joueur de la saison (MVP). La chose n’arrivera pourtant jamais. Pas une question de chauvinisme US. Plutôt un constat : les James ou Kevin Durant, crème de la crème, évoluent dans une autre stratosphère. Joakim l’a rappelé dans un hommage à Rose, son coéquipier sacré MVP en 2011 : « Je n’aime pas que le public me chante ‘‘MVP ! MVP !’’. Nous n’avons qu’un MVP et il ne joue pas en ce moment, c’est Derrick. »

Joakim Noah... Unchained

Mais pour le titre officieux de meilleur pivot NBA, sa présence dans le débat paraît évidente. Il y a 20-25 ans, à la grande époque des Olajuwon, Ewing ou Robinson, cela n’aurait pas été le cas. Mais les bons pivots sont aujourd’hui une espèce en voie de disparition, le poste le moins bien pourvu de la ligue. Dans un basket américain où les qualités athlétiques sont privilégiées aux fondamentaux, qui étaient souvent développés par le passé à l’université, difficile de trouver des joueurs très dominants dans la « peinture ». Chaque rival de Noah présente ainsi un ou plusieurs défauts dans son profil.

Yannick s'enflamme pour Joakim en interview avec ABC

Monclar : « Il est monumental en ce moment »

Dwight Howard (Houston), considéré n°1 par beaucoup ? Trop limité en attaque et pas assez tueur. Marc Gasol (Memphis) ? Un manque de vitesse et parfois une trop grande inconsistance dans ses performances. Roy Hibbert (Indiana) ? Capable du meilleur comme du pire, semble parfois sortir de ses matches, trop « doux ». Brook Lopez (New Jersey) ? Trop inefficace en défense et au rebond pour un joueur de sa taille. DeMarcus Cousins (Sacramento) ? Trop « cinglé » pour être constant même si ses progrès sont encore notables cette saison. A moyen terme, on peut surtout citer Anthony Davis, numéro un de la draft 2012, auteur d’une très belle deuxième saison avec New Orleans et qui devrait vite devenir le meilleur pivot NBA même s’il est souvent utilisé en ailier-fort.

Un autre mix des highlights de Joakim Noah en NBA

Mais pour l’instant, le patron s’appelle Noah. Joakim de son prénom. « Il est monumental en ce moment, estime Jacques Monclar, membre de la Dream Team RMC Sport. Même si Howard impressionne, je me demande si ce n’est pas le meilleur pivot de la ligue. » Le basketteur sans gros avenir de Florida a bien changé.

A lire aussi :

>> J.Noah : "Beaucoup de rage"

>> Noah et les Bulls s'offrent Miami

>> Indiana en playoffs, Noah au sommet

Alexandre Herbinet