RMC Sport

Tony Parker raconte son premier essai complètement raté aux Spurs

Invité du Super Moscato Show, le néo-retraité Tony Parker a raconté qu'un premier essai raté avait failli lui fermer les portes des San Antonio Spurs. "Il ne sert à rien", avait même lancé Gregg Popovich, selon lui.

Il a fallu un coup de pouce pour qu'il devienne une légende des Spurs. Au lendemain de l'annonce de sa décision de mettre un terme à sa carrière après dix-huit ans passés en NBA et un palmarès bien rempli, Tony Parker s'est confié au micro du Super Moscato Show. Au moment de retracer les moments forts de sa carrière, il est notamment revenu sur la façon dont il est arrivé à San Antonio en 2001. L'inamovible coach Gregg Popovich a bien failli complètement l'ignorer en raison d'un premier essai raté avant la draft.

"Il ne voulait même pas de moi, au début. (...) On est à Chicago, on fait un essai et j'étais vraiment pas bon", se rappelle le meneur de 37 ans, qui sortait de ses deux premières saisons professionnelles avec le PSG Racing. Avec cette mauvaise impression, Gregg Popovich consulte le manager général R. C. Buford pour lui dire, selon l'intéressé: "Non mais c'est de la merde, je n'en veux pas de ce meneur là. Il ne sert à rien. De toute façon (...), il ne faut pas faire de meneur européen, ils ne vont jamais y arriver".

Un "pressentiment"

Tony Parker entreprend alors d'autres essais pour d'autres franchises. "Je me débrouille bien et ma cote commence à monter à la draft. Donc R. C. Buford force Popovich à faire un deuxième essai avec moi. Et là, tout se passe bien, je joue bien", poursuit-il, affirmant par ailleurs avoir eu un "pressentiment" et avoir appelé son père pour lui dire qu'il se sentait "super bien" dans la ville texane.

La différence avec l'essai initial est telle que Popovich veut l'enrôler, mais craint une concurrence trop forte à la draft. Les Spurs envisagent néanmoins de faire un transfert pour obtenir la future légende du basket français en 19e ou 20e choix.

Cela n'a finalement pas été nécessaire. Tony Parker a été choisi à la 28e place par San Antonio. "Ils m'ont pris parce qu'aucun club ne voulait faire confiance à un meneur européen", s'amuse-t-il, convaincu que "c'était le destin".

JA