RMC Sport

Sciarra : « La France a besoin d’un pivot dominant »

Laurent Sciarra

Laurent Sciarra - -

Vice-champion olympique 2000, Laurent Sciarra est désormais coach de Rouen, qui vient de rater d’un rien les play-offs de Pro B. Grande gueule, cette légende du basket français a commenté l’actualité de la balle orange dans Basket Time sur RMC. Extraits.

Kevin Séraphin forfait pour l’Euro, Joakim Noah incertain

« Que Kevin souhaite parfaire sa technique ou son physique, soit. Mais il n’a jamais été aussi bon que quand il a enchaîné l’Euro avec sa courte expérience à Vitoria (Espagne) lors du lockout NBA, en 2011. Au niveau de l’expérience et du vécu, ça lui a apporté quelque chose d’incroyable. Après, que sa franchise lui ait un peu tiré l’oreille car ils veulent peut-être lui proposer un contrat de X années pour X millions de dollars, je peux le comprendre. Mais tout dépend aussi de ce que tu veux faire. Concernant Joakim, c’est encore autre chose. L’équipe de France a besoin d’avoir un pivot dominant. Ça peut être lui, il nous l’a montré lors de l’Euro en Lituanie. Il y a malheureusement eu l’épisode des JO, où il n’a pas pu ou pas voulu venir, mais il ne faut pas rentrer là-dedans. L’équipe de France a besoin de toutes ses forces vives, lui comme Séraphin. On a besoin d’avoir tous nos meilleurs joueurs et il faut des grands pour exister. En 2011, avec ces deux-là, la France est vice-championne d’Europe. »

Une médaille pour l’équipe de France à l’Euro ?

« Du côté de l’Espagne, Pau Gasol et Navarro ont connu une année difficile sur le plan physique. Notre équipe, elle, prend de l’expérience. Les leaders arrivent à leur top, Tony Parker va avoir 31 ans, Boris Diaw pareil, c’est la force de l’âge. Cet Euro en Slovénie avec beaucoup de grosses nations sans leurs meilleurs joueurs, c’est une belle opportunité. Qui peut, en plus, nous envoyer au championnat du monde en Espagne. Est-ce que je m’identifie à cette équipe ? Je suis un supporter. Je suis assez proche de Nando De Colo, j’ai beaucoup de respect et d’admiration pour Bokolo. Boris Diaw nous fait le plus grand bien au poste 4. Ça dépendra aussi de la fin de saison de Tony Parker. Au niveau du talent, physiquement, athlétiquement, techniquement, cette équipe est bonne. Mais sur une compétition internationale, si tu n’es pas dominant dessous, ça devient compliqué. On ne peut pas toujours attendre des miracles de Tony ou Nicolas Batum. »

Coach Sciarra rate les play-offs de Pro B avec Rouen

« Cette saison n’a pas été difficile. On a eu l’opportunité incroyable, sur le dernier match de la saison régulière, dans une salle pleine à la maison, d’atteindre l’objectif fixé par le staff et les joueurs, à savoir aller en play-offs, et malheureusement on trébuche (défaite 83-81 contre Aix-Maurienne, ndlr). L’année dernière, à Vichy, j’étais encore avec plein d’étoiles dans les yeux, je me suis dit que j’allais arriver avec ma grinta, mon leadership, et que ça devrait suffire. Mais beaucoup d’entraîneurs me l’avaient dit, les acteurs de ce jeu restent les joueurs. Tu as beau t’énerver… En même temps, je n’ai pas envie de changer. Les médias se plaignent que certains entraîneurs de foot leur racontent ce qu’ils ont envie d’entendre, moi ce n’est pas ça ! »

Les play-offs NBA et LeBron James encore MVP

« Je suis content pour San Antonio qui a su faire le dos rond cette année. C’est toujours agréable d’avoir des Français qui peuvent prétendre à un titre NBA. Une finale Miami-San Antonio ferait du bien aux Spurs mais aussi à nous, le public français. LeBron ? Je l’ai regardé jouer au JO. Oulalalala… A la télé, tu ne réalises pas bien. Mais là, à 10-15 mètres, c’est impressionnant. Quand il met la machine en route, tu dois avoir peur… C’est un peu comme au rugby à la grande époque de Jonah Lomu. Physiquement, athlétiquement et techniquement, James est au top. Tout est réuni avec lui. Et il a évolué dans son registre, il continue de progresser, il a trouvé un shoot. Quand il rentre ses tirs extérieurs, la soirée est finie. Mais on ne peut pas dire qu’il est le meilleur de tous les temps. On ne peut pas comparer les époques. »

A lire aussi :

>> Noah, c’est géant

>> Seraphin : « Revenir en équipe de France l’an prochain »

>> Toute l'actualité de la NBA