RMC Sport

Armstrong de plus en plus seul

-

- - -

Une semaine après la publication du rapport de l’Usada, trois sponsors dont Nike ont décidé e lâcher l’Américain Lance Armstrong. De son côté, le Texan a annoncé qu'il quittait la présidence de sa fondation Livestrong.

Plus dure sera la chute… Déjà balancé par ses réputés anciens fidèles lieutenants de l’US Postal et de Discovery Channel dans l’enquête menée par l’agence antidopage américaine (Usada), Lance Armstrong a été lâché ce mercredi par trois sponsors, parmi lesquels Nike, le partenaire historique du Boss depuis plus dix ans. Les deux autres sociétés étant Trek et Anheuser-Busch. Il y a encore un mois, l’équipementier américain se disait « triste que Lance Armstrong ne puisse plus participer à certaines compétitions et que ses titres semblent touchés ».

Cette fois-ci, le changement de ton est radical. Et la sentence, irrévocable. « Trompé » par sa désormais ex-tête de gondole (une ligne de vêtement lui était dédiée via sa fondation Livestrong), le géant à la virgule a affirmé, pour des questions d’éthique, ne pas être en mesure de « fermer les yeux sur l'utilisation de substances illégales destinées à améliorer les performances ». Et de souligner que l’ancien champion cycliste doit désormais faire face à « des preuves apparemment insurmontables ».

Ça peut lui coûter cher

Si Nike a décidé de rompre son contrat sans lui réclamer le moindre dollar d’indemnités, il n’en sera peut-être pas de même pour les autres soutiens historiques d’Armstrong. Tels Coca-Cola, Oakley, Subaru, Johnson Health, Michelob Ultra ou encore Century Investments.

Dans les contrats de sponsoring modernes, il existe en effet de nombreuses clauses qui obligent les sportifs à défendre l’image et les valeurs des entreprises qui les soutiennent. Une sorte de co-branding entre 2 « marques » qui choisissent de s’unir pour le meilleur et pour le pire. Autrement dit, si l’une des deux ne respecte pas ses engagements et n’exécute pas son contrat, l’autre est sommée de lui verser des indemnités au titre de dommages et intérêts pour atteinte à l’image. Et comme la fortune du Texan est estimée à environ 100 millions de dollars (75 M€), nul doute que certaines marques lui demanderont des comptes…

Le titre de l'encadré ici

Armstrong quitte la présidence de Livestrong|||

Si Nike a décidé de lâcher Armstrong, la marque américaine a en revanche précisé vouloir continuer à soutenir l'action de Livestrong, qui aide les personnes victimes du cancer. Une fondation lancée en 2003 par l’Américain après avoir été lui-même atteint d’un cancer des testicules en 1997… mais qu’il a décidé de quitter ce mardi ! « Aujourd'hui, pour épargner la fondation des effets négatifs liés à la controverse entourant ma carrière de cycliste, je mets fin à mes fonctions de président », a-t-il simplement indiqué dans un communiqué, peu de temps avant que Nike n’officialise son divorce. Quand rien ne va…

GM