RMC Sport

Armstrong, le Tour de trop ?

Lance Armstrong

Lance Armstrong - -

C’est l’une des rares certitudes au premier tiers de la Grande Boucle : Lance Armstrong n’est plus en course pour le maillot jaune. Malchanceux, l’Américain ne semble plus être que l’ombre du septuple vainqueur de l’épreuve.

L’image est inédite. Lance Armstrong, le visage marqué et la tunique déchirée, en termine avec la première étape alpestre dimanche à plus de… douze minutes du vainqueur, Andy Schleck. Pour la première fois de sa carrière, il semble avoir « baissé les bras », selon son manager de la RadioSchack, Johan Bruyneel. Trente-neuvième au classement général, le Texan a trouvé, à trente-huit ans, ses limites. Blessé physiquement à la hanche, et moralement dans son costume de champion en perdition, celui qui parlait de gagner le Tour, est apparu vieilli, cinq ans après sa dernière victoire (2005).

« Un coéquipier de choc » pour Leipheimer ?

Si son retour à la compétition en 2009, marqué par une troisième place sur le Tour, avait impressionné, le leader désigné de RadioSchack n’a plus la réussite du vainqueur. Des chutes, une crevaison sur les pavés du Nord, et ce sont de grosses minutes de perdues… « Il s’agit pour Lance de récupérer, voir les vrais dégâts, et changer les objectifs », estime Johan Bruyneel. De leader désigné dans l’équipe RadioSchack, le Texan pourrait devenir le coéquipier numéro un de Levi Leipheimer, huitième au classement général à un peu plus de deux minutes du maillot jaune. « Pour être un coéquipier de choc, il faut aussi avoir les jambes », tempère même le manager de l’équipe américaine. Il ne reste bien qu’une victoire d’étape au champion américain pour éclaircir sa sortie.