RMC Sport

Bassons : « Des Armstrong, il n’y en a pas qu’un »

Lance Armstrong

Lance Armstrong - -

Premier coureur à s’être élevé contre Lance Armstrong, Christophe Bassons espère que le Texan a joué la carte de la sincérité lors de son interview télévisée. Et l’invite à « assainir le milieu du cyclisme » par ses révélations.

Christophe, comment réagissez-vous à l’annonce des aveux de Lance Armstrong ?

Je garde mes précautions. Il « aurait » avoué. Armstrong sait très bien construire tout son système autour de lui. Donc je m’attends à tout. Je pense qu’il a avoué mais il faut voir de quelle manière. Est-ce en disant qu’il regrette, qu’il s’en veut, en se mettant à pleurer devant la caméra sans penser à tout le reste ? Ça me dérangerait beaucoup. S’il a fait des aveux en allant plus loin et en ayant négocié avec la justice, en dénonçant certaines personnes, au niveau international, et même gouvernemental, je pense que ça serait beaucoup plus constructif. Ce serait mieux encore s’il venait faire ses excuses aux personnes qu’il a pu tromper. Aussi bien les personnes qui ont un cancer ou les sportifs qu’il a pu voler ou détruire psychologiquement.

Pourquoi, selon-vous, avoue-t-il maintenant ?

Déjà, il cherche à se sauver sur le plan financier et le plan sportif. Il vivait beaucoup de sa fondation (Livestrong). Tous les sponsors l’ont lâché. Mais le connaissant, s’il le fait, c’est qu’il a bien pesé le pour et le contre et que c’est dans son intérêt. Et pas dans celui du cyclisme.

Est-ce surprenant de voir Armstrong passer aux aveux ?

Oui, j’ai du mal à imaginer et ça me surprendrait de voir Armstrong pleurer en train d’avouer. Pour l’avoir connu, avec cette force, ce regard et ce caractère très durs, je me dirais : « Est-ce que c’est réel ce que je vois ? Est-ce que c’est sincère ? ». J’attends de voir mais j’espère juste que ses aveux vont être constructifs et pas juste du spectacle américain en exposant ses regrets et ses excuses auprès du peuple. J’espère que ça va aller au-delà de ça.

Selon la presse américaine, il serait tout de même prêt à faire tomber quelques têtes, notamment au sein de l’UCI…

Pour faire évoluer le cyclisme et prévenir du dopage, ce serait quand même intéressant. Mais je pense que lorsqu’on prend connaissance d’un fait qui s’est déroulé lors des dix dernières années, il faut partir du principe que si celui-là n’existe plus, il en existe actuellement certainement déjà un autre. Et du même niveau, voire encore plus important. Dire que maintenant il n’y a plus rien, il ne faut pas y croire. Des Lance Armstrong, il n’y en a pas qu’un. A l’époque, on nous a fait croire qu’il n’y avait qu’une affaire Festina, un seul système de dopage et que tout le reste allait bien. On s’est rendu compte que c’était faux. Il faut en prendre l’expérience. Si l’US Postal ou les instances dirigeantes comme l’UCI doivent tomber, et bien il faudra qu’elles tombent. Dans ce cas-là, il faudra changer de dirigeants. Il faut assainir le milieu.

Cela peut-il être la bonne opportunité pour le faire ?

Ça peut l’être. Mais ça fait quinze ans qu’on a des opportunités et rares sont les personnes qui veulent bien les saisir. Ça fait quinze ans qu’on m’appelle dès qu’il y a des affaires mais ça fait dix ans que j’ai arrêté le cyclisme. Ça confirme peut-être que, dans le milieu du cyclisme, il y a encore ce silence qui fait que les journalistes ne peuvent pas avoir de témoignages de personnes réellement présentes dans ce milieu.

Attendez-vous qu’Armstrong s’excuse auprès de vous ?

Pas pour moi, honnêtement. J’ai tourné la page et ça me ferait trop mal. Il n’y a pas très longtemps, Tyler Hamilton (ancien coéquipier d’Armstrong qui a avoué s’être dopé durant sa carrière, ndlr) s’est excusé auprès de moi indirectement. Ça m’a fait plus de mal que de bien. Ça me rappelle des mauvais souvenirs et ça veut dire que la personne se met en-dessous de moi et ça me gêne beaucoup. D’autres ont certainement beaucoup plus souffert que moi de son système. Je pense à tous ces gens atteints du cancer qui ont pris une claque et tous ses équipiers qu’il a pu menacer et qu’il a détruit psychologiquement. Je pense plutôt à eux pour des excuses.

Propos recueillis par Georges Quirino