RMC Sport

Cavendish, quel finish !

-

- - -

La cinquième étape du Tour de France a été remportée par Mark Cavendish. Longtemps, l’échappée française menée par Nicolas Vogondy a cru pouvoir aller au bout.

L’histoire ne peut pas toujours se répéter. Surtout lorsque la deuxième tentative se veut plus belle que la précédente. Avec trois Français en échappée, les 232 kilomètres de cette cinquième étape du Tour de France disputée entre Cholet et Châteauroux, auraient pu accoucher d’un magnifique final, digne de l’épopée tricolore vécue lundi dernier et le succès de Samuel Dumoulin, doublée du maillot jaune de Romain Feillu. Mais non. Le charme ne peut pas toujours agir. Et dire qu'au 126e kilomètre, Lilian Jégou était, virtuellement bien sûr, le nouveau maillot jaune du Tour. A en croire le visage marqué de Nicolas Vogondy à l’issue de l’étape du jour, l’exploit était même beaucoup trop difficile. Cette fois, le peloton ne s’est pas désuni, a fait front et a travaillé de manière réactive et ordonnée pour ne pas laisser filer les trois solitaires (Lilian Jégou, Florent Brard et Nicolas Vogondy donc). Trois fuyards déjà en vadrouille quasiment dès le départ de la course et courageux dans leur volonté d’embraser l’étape.

Avantagé par un parcours plus plat et moins en relief que les précédents, le peloton a repris dans les 50 derniers mètres le groupe de tête. Jusque-là, les trois attaquants, en tête dès le 11e kilomètre, avaient bénéficié d'une latitude de 8 min 15 sec (Kilomètre 33) avant que les équipiers du leader accélèrent l'allure. Un à un, les animateurs de l’étape ont cédé, Vogondy ne parvenant pas à remettre un petit coup d’essence aux abords de la ligne d’arrivée. Dur. Le scénario l’est forcément pour le champion de France, qui devra se consoler avec le prix de la combativité. L’affaire s’est pliée au sprint, un sprint où les spécialistes attendus (Thor Hushovd, Robbie McEwen) ont répondu présent. Mais aucun de ces deux hommes ne signera une victoire d’étape aujourd’hui. Oscar Freire et Eric Zabel auront beau s’époumoner, le succès du jour était promis à un jeune inconnu, le Britannique Mark Cavendish. Une énigme donc pour le public lambda, une confirmation grandeur nature pour les spécialistes des qualités d’un jeune coureur (23 ans) qui s’était distingué avec deux victoires lors du Giro en mai.

Stefan Schumacher peut respirer. Son maillot jaune n’a pas été inquiété de même que la tunique à pois de Thomas Voeckler. En revanche, petit changement concernant le maillot vert. Kim Kirchen cède sa tunique à Thor Hushovd.

La rédaction