RMC Sport

Longo : « Peur de faire un peu fossile »

Jeannie Longo

Jeannie Longo - -

Cinquième du contre-la-montre disputé ce mercredi à Geelong, Jeannie Longo n’est pas passée loin d’une médaille mondiale. Suffisamment pour envisager, à 52 ans, d’aller jusqu’aux JO de Londres en 2012 ? La doyenne du cyclisme français hésite.

Jeannie Longo, comment jugez-vous votre cinquième place ?
C’est satisfaisant. Finir dans les dix, cela aurait été honorable. Être dans les cinq, c’est un bon résultat, et terminer sur le podium : cela aurait été excellent. Il y a une petite déception de ne pas être troisième, c’est sûr. Mais je suis toujours dans le coup. (sourires)

Que vous a-t-il manqué justement pour atteindre le podium ?
Il m’a manqué plus d’allant dans le premier tiers de la course. J’ai attaqué la première difficulté en rythme mais la deuxième… comme je savais qu’il y en avait une troisième derrière, je n’ai pas assez forcé.

Samedi, place à la course en ligne…
Je vais être plus observatrice. Je ne suis pas favorite. D’ailleurs, je ne pense pas que les autres filles vont me marquer. Elles peuvent faire leur course tranquille. Ce que j’aimerais, c’est ne pas m’ennuyer pendant trois heures.

Dans deux ans, il y a les JO de Londres. Ce serait un peu dommage, tant que vous êtes au plus haut niveau, de ne pas y participer, non ?
Je ne sais pas. Est-ce qu’il faut que je laisse la place ? J’ai peur de faire un peu fossile. Et puis tant que je suis sur le vélo, je mets tout en stand-by. Il faudra se focaliser sur une saison de plus. Quand c’est une saison olympique, ça va, la motivation est là. Mais il y aura encore une année neutre à effectuer avant Londres.

Si vous regardez votre carrière d’un peu plus loin, cela doit bien vous motiver non ?
Parfois, je visionne un de mes DVD et je me vois avec un œil extérieur. Je me dis alors que ce que je fais est quand même bien. Mais est-ce que ce serait raisonnable ? Il faut que j’y réfléchisse. C’est loin et c’est très près à la fois.

Propos recueillis par Frédéric Adam