RMC Sport

Chavanel : « Je commence à avoir une belle collection »

Sylvain Chavanel

Sylvain Chavanel - -

Le coureur français d’Omega Pharma Quickstep a remporté ce jeudi son 4e titre de champion de France du contre-la-montre sur le parcours de Saint-Amand-les-Eaux. Il égale le record de la spécialité d’Eddy Seigneur.

Sylvain, vous avez réussi à décrocher un nouveau titre de champion de France en battant Jérémy Roy (FDJ) de 13 petites secondes.

Oui, mission accomplie ! Je suis content. Après ce n’est jamais facile de gagner. Ca faisait plusieurs semaines que j’attendais ce titre mais ce n’est pas pour autant que j’étais confiant. C’est un championnat et il y a toujours des surprises. Je savais que ça allait se jouer à très peu de secondes car c’est un parcours pour les purs spécialistes. Mais que j’ai 2 secondes ou 1 minute d’avance à l’arrivée, le plus important c’est de gagner.

Il fallait rouler très vite et ne pas coincer.

Le plus important était de rester concentré et de ne jamais baisser les bras. C’était aussi l’objectif de ce contre-la-montre. Il fallait sprinter, surtout dans la dernière ligne. J’ai un peu douté dans les 2 derniers kilomètres à cause de la pluie qui m’a freiné. Mais j’ai quand même réussi à reprendre du temps.

Avez-vous ressenti du stress pendant les 48,5 km du parcours ?

Du stress ? Non. Vous êtes dans votre bulle et puis, vous jouez avec votre braquet. J’étais juste concentré. Je n’ai pas paniqué mais je n’étais pas hyper serein. Ma radio ne fonctionnait pas. Je demandais des consignes et quand j’ai demandé le nom du second (Jérémy Roy), je savais qu’il ne fallait pas se décourager.

« Les Jeux ? Je n’y pense même pas »

Quel effet ça vous fait d’égaler le record de titre dans la discipline d’Eddy Seigneur (4) ?

Je commence à avoir une belle collection, mais je ne fais pas attention à tout ça. On fera les comptes à la fin de ma carrière. Je voulais déjà gagner l’année passée. J’aimerais bien avoir 5 ou 6 titres de champion de France du contre-la-montre avant de raccrocher.

Dimanche, vous vous alignerez sur la course en ligne. Que visez-vous ?

On peut briller. J’ai déjà fait des podiums en chrono et bien marché sur la route. Après, vu les circonstances du parcours, je ne m’attends pas à grand-chose. Mais ce n’est pas pour autant que je vais y aller en baissant les bras.

Ce titre vous donne-t-il de l’ambition pour les Jeux Olympiques de Londres ?

Pour l’instant, je n’y pense absolument pas.