RMC Sport

Contador sans rival sur le Critérium international ?

Alberto Contador sera le grandissime favori sur les routes corses

Alberto Contador sera le grandissime favori sur les routes corses - -

Samedi débute en Corse le critérium international. Alberto Contador, vainqueur de Paris-Nice, a fait le voyage. Il retrouvera Lance Armstrong pour la première fois depuis le Tour de France 2009. Mais le Texan ne semble pas posséder les armes pour perturber l’Espagnol.

La Corse, terre de révolte et de rébellion. Mais malheureusement, à en croire Lance Armstrong et son directeur sportif Alain Gallopin, chaque tentative de mutinerie devrait être matée par Alberto Contador lors du 79e Critérium international qui débute ce samedi. Lance Armstrong, pourtant pas le dernier à déterrer la hache de guerre en temps habituel, a écrit sur son compte Twitter que même sur une jambe, Contador remporterait ce triptyque de printemps.

Quant à Alain Gallopin, directeur sportif de Radio Shack mais ancien mentor de Contador chez Astana, il porte un jugement sans appel : « Il ne va pas y avoir de duel. Albert est imbattable sur cette course. Il a déjà gagné sur le papier. » L’Espagnol, double vainqueur du Tour de France, ne s’embarrasse pas de ces courbettes : « Ceux qui disent ça le font pour s’enlever de la pression. Gagner, c’est très dur et ça demande des sacrifices. » Contador, vainqueur d’un Paris-Nice « dur » n’a même pas pris le soin de citer Armstrong parmi ses concurrents sur le Critérium international. Il n’en a retenu qu’un seul : Cadel Evans. Le champion du monde a réalisé une bonne semaine lors de Tirreno Adriatico avec une troisième place au final. Si Contador a choisi de venir jusque sur l’île de Beauté, c’est parce que cette compétition n’est pas trop longue, seulement deux jours, et que « le parcours correspond » a ses qualités.

En pratique, une première étape avec une arrivée au sommet du col de l’Ospedale suivie d’une étape de plat de 75 km dimanche matin puis d’un contre-la-montre de 7,7 km l’après-midi. « C’est le parcours idéal et la course la plus adéquate pour préparer le Tour de France, estime le champion espagnol. J’arrive ici avec l’intention de faire la course. » Jeudi, il a reconnu la montée de l’Ospedale et hier vendredi, il a testé le contre-la-montre. Mise à part l’ascension de l’Ospedale, qui intervient après 158 kilomètres et déroule sa pente sur 18 kilomètres, il ne craint pas grand-chose : « La montée n’est pas très dure mais elle arrivera après une étape complète. On peut y arriver en bas avec des forces déjà entamées. Sachez que je ne m’engage pas dans une course si je ne suis pas à 100% et que je serai encore plus en forme sur le Tour. » Les adversaires de Contador se bouchent les oreilles.

La rédaction - M.M. avec julien Richard à Porto Vecchio