RMC Sport

Cyclisme: Lefevere pointe la "faiblesse mentale" de Bennett et le compare... à une femme battue

Dans sa chronique pour le Het Nieuwsblad, le patron de l'équipe Deceuninck-Quick Step, Patrick Lefevere, a pointé la fragilité mentale de son futur ex-sprinteur Sam Bennett, et s'est livré à une comparaison malheureuse.

Directeur général de l'équipe Quick Step depuis sa création en 2003, Patrick Lefevere a pris l'habitude de collectionner les succès avec la formation belge, et a su attirer, saison après saison, des champions dans son effectif. Mais le dirigeant n'est pas toujours tendre avec ses poulains.

Depuis quelques semaines, Lefevere est ainsi particulièrement remontré contre son sprinteur irlandais Sam Bennett, qui enchaînait les victoires il y a quelques mois encore, mais qui a dû renoncer au Tour de France pour une histoire de blessure à un genou assez floue, requalifiée en "faute professionnelle" par son boss.

"Le summum de la faiblesse mentale"

La tension entre les deux hommes ne devrait pas retomber, vu la dernière sortie de Lefevere. Dans sa chronique hebdomadaire pour le journal flamand Het Nieuwsblad publiée samedi, le Belge s'attarde sur le mental des sportifs, particulièrement de ses coureurs. Et il envoie un missile à Bennett, annoncé proche d'un retour à la Bora-Hansgrohe, qu'il avait quittée en 2019. Avec, au passage, une comparaison malheureuse.

"Pour moi, Sam Bennett est le summum de la faiblesse mentale, tacle-t-il. Quitter la Bora et se plaindre ensuite auprès de tout le monde de la façon dont il aurait été intimidé et maltraité là-bas, à en devenir presque brisé et dépressif, pour ensuite y revenir quatorze mois plus tard... C'est la même chose que les femmes qui rentrent encore chez elles après des violences conjugales."

Avec cette fois plus de compréhension, Lefevere a également évoqué d'autres cas particuliers parmi ses coureurs actuels. Dont un Français. "Je n'ai jamais eu de coureurs mentalement instables dans mon équipe, mais il y en a certainement des 'spéciaux', observe-t-il. Rémi Cavagna n'est pas un gars nerveux - son hobby est la pêche - mais parfois le stress l'atteint. Certains disent que Remco Evenepoel ne sait pas manier un vélo, mais au début, Rémi avait peur de prendre un bidon ou même de lever la main quand il gagnait. Tout se joue entre les oreilles."

C.C.