RMC Sport

Cyclisme: Trek suspend un coureur pour son soutien clivant à Trump

L’équipe Trek-Segafredo a décidé de suspendre jusqu’à nouvel ordre Quinn Simmons. La formation américaine reproche à son coureur de 19 ans, l’un des plus prometteurs de sa génération, d’avoir soutenu Donald Trump de façon clivante sur les réseaux sociaux.

La carrière de Quinn Simmons va être mise entre parenthèses pendant quelques temps. L’équipe Trek-Segafredo a annoncé mercredi soir la suspension de son coureur de 19 ans, l’un des plus prometteurs de sa génération. En cause? Un tweet déplacé du champion du monde juniors sur route. Le natif du Colorado choisi d’afficher son soutien à Donald Trump sur les réseaux sociaux. Trek-Segafredo ne lui reproche pas d’adhérer aux idées du président des Etats-Unis, il en a parfaitement le droit. Mais la formation américaine n’a pas apprécié la manière dont Simmons s’est signalé sur les réseaux sociaux.

Dans la foulée du premier débat de la campagne présidentielle américaine entre Joe Biden et Donald Trump, le jeune cycliste, qui dispute sa première saison chez les professionnels, a répondu au message d’un journaliste néerlandais encourageant les partisans du président US à ne plus s’exprimer. En postant un main de couleur noire en-dessous. Un choix d’émoji dérangeant, qui a vite été assimilé à du racisme par certains.

"Des déclarations clivantes, incendiaires et néfastes"

Face à la polémique, Trek a décidé de sévir. "De façon regrettable, Quinn Simmons a fait des déclarations en ligne que nous estimons clivantes, incendiaires et néfastes pour l'équipe, le cyclisme professionnel, peut-on lire dans un communiqué. En conséquence, il ne disputera plus de courses pour Trek-Segafredo jusqu'à nouvel ordre."

Les questions raciales sont au centre de la campagne présidentielle aux Etas-Unis. Les derniers mois ont notamment été marqués par d'importantes manifestations après les décès de Breonna Taylor, une jeune femme noire tuée chez elle en mars par la police à Louisville, et de George Floyd, mort étouffé sous le genou d'un policier fin mai à Minneapolis.

Alexandre Jaquin (avec AFP)