RMC Sport

Duval : « J’ai fait la course parfaite »

-

- - -

A 23 ans, Aurélien Duval a été sacré champion de France de cyclo-cross ce dimanche sur le circuit breton de Quelneuc. Après deux ans de suspension pour cause de dopage, l’ex-coureur de la FDJ savoure son succès. En toute simplicité.

Aurélien, que signifie pour vous ce premier titre de champion de France ?

Mon niveau ! C’est aussi un honneur de gagner le titre national. Quand j’ai repris le vélo (ndlr : après deux ans de suspension pour dopage), je n’avais pas mis la barre aussi haute. J’espérais finir parmi les cinq premières places. Au fil de la saison, j’ai pensé au podium. Mais je ne savais sur quelle marche j’allais monter.

Est-ce un rêve qui se réalise ?

Oui, quand j’ai commencé le vélo, je rêvais d’être professionnel, champion de France et champion du monde. J’avais déjà été champion de France (ndlr : junior en 2006) mais pas dans la catégorie élite. Donc je suis content. Maintenant, il ne me reste que le titre de champion du monde. Je ne sais pas si j’atteindrai cet objectif.

La course a été serrée jusqu’au bout…

Oui mais à aucun moment je me suis senti dans le dur. J’ai fait la course parfaite. Je ne me suis jamais fait distancer par un coureur de la Française des Jeux. Ils n’ont pas vraiment attaqué.

Justement, vous avez devancé Chainel (2e) et Mourey (3e), deux coureurs la FDJ, votre ancienne équipe. Une revanche après votre licenciement il y a deux ans ?

Pas du tout. Si cela avait été deux autres coureurs, s’eut été la même chose. Même si les choses auraient pu se passer autrement quand la FDJ m’a licencié, aujourd’hui, c’est du passé. J’espère qu’on va plus parler de mon titre que de mes deux ans de suspension !

Vous vous êtes aussi distingué avec votre maillot sur lequel on pouvait voir des femmes très dévêtues.

Il s’agit des sous-vêtements Charlott’, l’un des sponsors de notre club (ndlr : Club Champagne Charlott',). C’est très bien. Tout le monde dit qu’on a un super équipement. Même quand je roule en Belgique, on me remarque beaucoup grâce à ça.