RMC Sport

Feillu : « Extraordinaire »

-

- - -

Nouveau maillot jaune du Tour, Romain Feillu nous livre ses impressions à chaud, suivi de près par Samuel Dumoulin, le vainqueur de la 3e étape de l’épreuve.

Romain Feillu (Agritubel), nouveau maillot jaune du Tour de France : « On s'est super bien entendu dans l'échappée. Il m'a manqué de la force pour le sprint mais c'est très bien pour Samuel (Dumoulin). Dans le final, je crois que c'est moi qui appuyais le plus fort sur les pédales pour faire les écarts. En début de saison, j'ai eu une toxoplasmose qui m'a handicapé. J'ai repris l'entraînement seulement le 1er avril. C’est incroyable d’arriver à prendre le maillot aujourd’hui. Dimanche, je sentais un manque de puissance. Mais aujourd'hui, ça s'est bien passé. C'était une journée extraordinaire avec un public formidable qui vous encourage toujours, c’est super. William Frischkorn me demandait si j’habitais ici, je lui ai dit : non, non, je suis juste français. C’est vrai qu’être motivé, encouragé comme cela et en plus prendre le maillot, c’est royal. Et dire que je n’ai pas fait de course Pro Tour ou du niveau du Tour de France et que lorsque le peloton s’active, je suis juste physiquement… Ce que je compte écrire sur mon blog ? Rêve, rêve, rêve, je rêve là…Le contre-la-montre ? Je ne sais pas du tout comment je vais récupérer. Je ne suis jamais parti avec un maillot jaune sur une course aussi importante. Une avance de 1 min 52 sec, ce n'est pas beaucoup sur un super rouleur comme Cancellara ».

Samuel Dumoulin (Cofidis), vainqueur d’étape : « C’est phénoménal… depuis le temps que j’attendais une grande victoire comme ça…On a tenté le coup, pourtant, ce parcours n’était vraiment pas propice à une échappée comme ça. Cette année, on voit que l’audace paie. Ça fait plaisir. Il y a également Romain (Feillu), un super pilote prometteur qui remporte le maillot jaune et puis moi qui remporte l’étape. Tout cela récompense tout le travail de l’équipe Cofidis. Cela faisait trois jours qu’on était dans les échappées avec Stéphane (Augé) et Sylvain Chavanel. Je dédie cette victoire à Hervé (Duclos-Lassalle, blessé samedi). Je savais qu'il y avait un coup à jouer, à cause du vent de côté, de la pluie. Ce groupe était costaud. Dans l'échappée, on a tous collaboré, sans se poser de questions».

La rédaction