RMC Sport

Filippo Ganna: "Je ne veux pas abandonner la piste"

Médaillé de bronze sur la poursuite individuelle lors des Mondiaux sur piste à Roubaix, Filippo Ganna boucle une saison exceptionnelles en termes de résultats. Il s'est confié à RMC Sport.

Ce vendredi sur l’anneau de Roubaix, Filippo Ganna en a terminé avec sa saison de géant. L’échalas italien au doux sourire a bouclé 2021 avec le bronze sur la poursuite individuelle. Le Piémontais a écrasé la concurrence avec ses cuisses d’airain: titre mondial du contre-la-montre, titre mondial de la poursuite par équipes et surtout or olympique avec ses collègues italiens sur la poursuite à Tokyo. On peut y ajouter aussi deux chronos sur le Giro. Celui qui se surnomme Top Ganna réussit de passer de la route à la piste avec le même succès, heureux de cette réussite mais aussi de filer en vacances.

RMC Sport: Filippo Ganna, vous avez coupé votre effort après avoir rattrapé le Suisse Imhof sur cette poursuite. Que s’est-il passé?

Filippo Ganna: Sur la poursuite j’ai tenté le record du monde (sa propriété, en 4’01’’934, ndlr). M’approcher le plus possible des quatre minutes. Rapidement après le départ, j’ai vu que c’était trop demander à mes jambes. Après un intermédiaire, j’ai vu que j’avais atteint la zone critique, la zone rouge. Je me suis dit que ce n’était pas une bonne chose de continuer.

Enfin les vacances?

Pas tout à fait. Demain (aujourd’hui), je suis à une cérémonie de remise de récompense suite à l’or olympique de la poursuite par équipe. Mais dès lundi c’est fini, je pars en vacances avec ma petite amie. Pendant dix jours, je vais éteindre le téléphone, laisser le vélo au garage et ne pas tourner les jambes.

Comment classez-vous vos succès cette année?

Sans aucun doute ce sont les Jeux Olympiques. Les JO occupent la première place dans ma saison. Chaque course à mon programme est importante. Et vous le savez, les contre-la-montre comptent particulièrement pour moi. Dans cette année, il y a eu les Jeux Olympiques, qui étaient vraiment spéciaux pour moi. En deuxième, je mets ce titre mondial ici à Roubaix avec les copains de la poursuite. Nous sommes une famille, des amis. On est tous très proche et ce résultat c’est vraiment quelque chose d’important.

Quels sont vos axes de progression pour 2022 et l’équilibre piste-route?

J’ai d’abord les vacances vous savez. On va d’abord les finir (rires). Je ne veux pas abandonner la piste. Ce n’est peut-être pas l’avis des coachs. J’aimerais vraiment aussi être focus sur les courses sur route et particulièrement les classiques en Belgique. On décidera de ça en décembre lors du premier camp d’entraînement avec l’équipe Ineos Grenadiers.

Morgan Maury