RMC Sport

La frayeur de Contador

L'Espagnol évite la catastrophe à quelques kilomètres de Contres.

L'Espagnol évite la catastrophe à quelques kilomètres de Contres. - -

Remportée par le Néo-Zélandais de Sky, Greg Henderson, la première étape de Paris-Nice a surtout été marquée par les 17 secondes concédées par Contador et la chute de l’Espagnol dans le final.

Lance Armstrong aurait - à coup sûr - su trouver les mots pour égratigner son meilleur ennemi. Comme l’année dernière à même époque, Alberto Contador a connu un jour sans dans la Course au Soleil. Mais si son étonnante fringale de Fayence lui avait coûté la victoire finale en 2009, le coup de bordure d’hier est loin d’avoir eu les mêmes conséquences. Tout simplement parce que le double vainqueur du Tour de France (2007, 2009) n’a concédé « que » 17 secondes dans une étape de plat. Du coup, il rétrograde de la 4e à la 8e place à 25 secondes de Lars Boom (Rabobank), toujours leader.

Sanquer : « Pas un désastre »

La journée de l’Espagnol aurait en tout cas pu connaître un épilogue bien plus douloureux. Non content de se retrouver dans le deuxième groupe, Contador a en plus chuté à moins de 3km de l’arrivée avec Heinrich Haussler. « Il faut relativiser les choses. Ce n’est pas un désastre, juste un incident, calme son manager, Yvon Sanquer. On aurait aimé que cela ne se passe pas comme ça, mais il y a des moments où il faut éviter le pire, et là, c’est le cas. »

Attendu par deux coéquipiers, le coureur d’Astana a ensuite laissé ses hommes sur place pour revenir - couvert par une voiture Rabobank - à l’arrière du peloton. Dans une étape perturbée par de nombreuses chutes, ce sont ses compatriotes de la Caisse d’Epargne qui ont joué un bien mauvais tour à celui qui avait failli les rejoindre l’hiver dernier. Initiée par le vainqueur sortant, Luis Leon Sanchez (quatrième au général), et Alejandro Valverde (onzième), la cassure a fait de petits dégâts. Sans doute pas assez aux yeux de la formation espagnole, mais assez pour perturber également Levi Leipheimer (RadioShack). De quoi faire perdre le sourire à son ami et coéquipier, Lance Armstrong.

P.Ta. et F.A.