RMC Sport

Le crash d'Armstrong

Lance Armstrong

Lance Armstrong - -

La star américaine de RadioShack s'est écroulée à 50 km de d'Avoriaz-Morzine.

La veille de l’entrée des coureurs dans les Alpes, on évoquait les difficultés de Lance Armstrong, et les raisons sportives et extra-sportives qui pouvaient amener le septuple vainqueur du Tour à quitter l’épreuve avant la fin. A l’issue de l’étape de dimanche, qui a vu l’empoignade entre les trois favoris Contador, Schleck et Evans, conclue par la victoire du second, l’avenir de l’Américain dans cette 97e édition de la Grande Boucle parait encore plus en pointillé.

Le leader de RadioShack a chuté deux fois et on l’a vu aborder le col de la Ramaz (cat. 1) le maillot déchiré, le dos et l’avant-bras gauche maculés de sang, et le port fataliste. C’est la troisième fois qu’Armstrong tombe de son vélo depuis le début du Tour, sans compter la chute collective en Belgique aux abords de Spa. Pour Cyrille Guimard, le diagnostique est simple : « Il n’est pas là, il n’est pas concentré, il n’était jamais tombé avant sur le Tour. »

« C’est vraiment une mauvaise journée pour moi »

L’Américain s’est ensuite fait décrocher par le peloton emmené par Contador, son grand rival l’an dernier au sein de la formation Astana. La cassure s’est produite à 4 km du sommet de la Ramaz. Il ne refera plus son retard. Au contraire, le Texan passera la ligne d’arrivée avec plus de 11 minutes, les épaules rentrées, son lieutenant Janez Brajkovic dans sa roue. Comme un cortège funèbre. « La défaillance de Lance Armstrong pouvait arriver mais on ne pensait pas qu’elle arriverait dès maintenant, constate Guimard, c’est arrivé sur un col avec un pourcentage de 9-10%. Il s’est fait surprendre, on l’a vu chuter deux fois avant, comme on disait, les masques sont tombés. »

Qu’en pense le boss déchu ? « C’est vraiment une mauvaise journée pour moi. Certes, mon Tour est fini mais je reste quand même. » Armstrong en poisson pilote de Levi Leipheimer, meilleur RadioShack au général (8e, +2’14) ? On demande à voir.

L.C.