RMC Sport

Paris-Nice: les six coureurs à suivre cette semaine

Paris-Nice débutera dimanche, pour une semaine de course sur les routes françaises. Présenté comme une petite répétition du Tour de France, il pourrait donner le tempo de la saison à venir. Petit tour des forces en présence.

"Le vainqueur de Paris-Nice 2019, ce sera un profil de vainqueur de Tour de France”, prédisait Christian Prudhomme, au moment de présenter le parcours de l’épreuve cycliste qui débutera ce dimanche, pour une semaine. Sept jours de course qui pourraient donc en dire un peu plus sur la suite de la saison.

Pour le général

Chez les favoris du classement général, il devrait y avoir une sacrée bagarre dans les pentes du sud des Alpes. Et notamment avec ce passage inédit au Col du Turini, d'ordinaire emprunté pour le Rallye de Monte Carlo. En 2018, l'Espagnol Marc Soler avait fini en tête dans la capitale azuréenne. Mais cette année, d'autres noms se dégagent.

Egan Bernal (Sky)

Le jeune Colombien avait été en 2018 l'un des grands artisans de la victoire de Geraint Thomas sur le Tour de France. Propulsé cette fois leader de la Sky en vue d'occuper cette place sur le Giro, il est présenté comme le cador de demain, à 22 ans seulement, et avec une petite saison en pro. Pour dire à quel point la Sky lui fait confiance, son contrat court jusqu'en 2023. Rarissime dans le monde du vélo.

Nairo Quintana (Movistar)

2018, une année catastrophique pour Quintana? Effectivement. Mais le Colombien, habitué aux routes italiennes de Tirreno-Adriatico (vainqueur en 2015 et 2017), est dans le coup en ce début de saison, vainqueur notamment de l’étape reine du Tour de Colombie. Attention à lui, donc. D'autant qu'il sera accompagné d'un coéquipier de luxe qui n'est autre... que Marc Soler. L'Espagnol fait figure de plan B en cas de défaillance du Colombien.

Romain Bardet (AG2R)

Battu d'un cheveu par son rival Thibaut Pinot au Mont Faron sur le Tour du Haut Var, le Français Romain Bardet est en phase de reprise. Ce sera son premier gros défi de la saison. "Le mois de mars sera important, c'est là que nous verrons si le travail effectué cet hiver porte ses fruits. Je ne suis pas inquiet parce que du côté physique, je sens bien que je suis à un bon niveau", assure-t-il. Petit bémol, le grimpeur français d'AG2R, vice-champion du monde en septembre dernier n'a pas une folle histoire d'amour avec Paris-Nice. Cinq participations, et un seul Top 10, en 2016. En 2017, il avait été mis hors course dès la première étape pour s'être accroché à une voiture.

Mais aussi: Simon Yates (Michelton-Scott), Ilnur Zakarin (Katusha), Sergio Henao (UAE Team Emirates), Miguel Angel Lopez (Astana) ou Bob Jungels (Deuceninck Quick Step).

Pour les victoires d'étapes au sprint

Les trois premières étapes devraient a priori offrir de bonnes opportunités aux sprinteurs. Et ils seront nombreux à prendre le départ de Paris-Nice.

Arnaud Démare (Groupama FDJ)

Grippé et forfait la semaine dernière sur le Het Nieuwsblad, le sprinteur double champion de France devrait revenir à 100% sur Paris-Nice. Depuis trois éditions, il y remporte toujours la première étape et donc le premier maillot jaune. S'il est en pleine possession de ses moyens, il sera l'un des épouvantails du début de course.

Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma)

Avec déjà deux victoires cette saison, sur le Tour de l'Algarve et le Tour de Valence, le Néerlandais sera assurément à la lutte dans tous les sprints. Vainqueur d'étape l'an passé sur Paris-Nice, il adore les routes françaises. La preuve, il avait récidivé en juillet en remportant deux étapes du Tour de France. Grand talent.

André Greipel (Arkéa-Samsic)

Il y a une espèce d'obligation de résultats pour l'Allemand. D'une part parce qu'à 36 ans, il doit montrer qu'il est encore le monstre que l'on connait (plus de 100 victoires en pro dont 22 sur des grands tours), mais aussi parce que le Gorille de Rostock a une partie du destin de son équipe en main. Arkéa-Samsic (où évolue Warren Barguil) n'a en effet pas encore reçu d'invitation pour participer au prochain Tour de France. Une ou deux victoires de Greipel sur Paris-Nice ouvriraient peut-être la porte...

Mais aussi: Caleb Ewan (Lotto-Soudal), Christophe Laporte (Cofidis), Sam Bennett (Bora-Hansgrohe), Alexander Kristoff (UAE Team Emirates), John Degenkolb (Trek-Segafredo)...

Arnaud Souque avec CC