RMC Sport

Et deux qui font sept

François Pervis

François Pervis - -

L’équipe de France de cyclisme sur piste a conclu les championnats du monde d’Apeldoorn (Pays-Bas) avec les médailles de bronze de François Pervis dans le kilomètre et de Clara Sanchez en keirin. Avec un total de sept breloques dont deux en or, le camp tricolore tire un bilan satisfaisant.

« Je ne cours pas pour faire deuxième ou troisième. Ça ne me suffit plus. » François Pervis a le bronze amer. Ce métal, le Mayennais a pris l’habitude de l’avoir autour du cou. En 2006, 2009, 2010 et désormais 2011, toujours dans le kilomètre. Alors si sa cinquième médaille sur la scène mondiale récompense « sa régularité au plus haut niveau », il a pleinement conscience qu’il aurait pu se « retrouver à la place de Mickael d’Almeida », son compatriote échoué au pied d’un podium dominé par l’Allemand Stefan Nimke, Pervis a tout de même du mal à ravaler sa frustration. « Un Anglais m’a encore dit après la course : l’année prochaine, c’est toi. Mais tous les ans, j’entends ça. C’est rageant. »

La boule au ventre, Clara Sanchez l’avait également après sa médaille de bronze en keirin. Mais la Martégale, championne du monde de la discipline en 2004 et 2005 et vainqueur cette saison du classement général de la coupe du Monde, avait le verbe plus relatif. « Je suis déçu parce que j'étais venu pour gagner, confie l’intéressée, devancée par la Biélorusse Olga Panarina et l’Australienne Anna Meares. C'est tout de même une bonne chose de bien figurer dans une épreuve olympique à un peu plus d'un an des JO de Londres. »

Le même bilan qu’en 2010

Sanchez et Pervis en bronze, Pascale Jeuland 16e de l’omnium (sorte de décathlon regroupant six épreuves) et le duo Morgan Kneisky-Vivien Brisse 4e de la course à l’américaine, la France a conclu ses Mondiaux avec un total de sept médailles. Le deuxième meilleur bilan de la compétition derrière celui des ogres australiens (11). Le même que celui de Ballerup, au Danemark, l’année dernière. « Je ne suis pas euphorique devant ces résultats. Mais je ne suis pas non plus déçu, nuance la DTN Isabelle Gautheron. L'important c'est que nous ayons décroché trois médailles dont deux en or sur des disciplines qui sont au programme olympique. Au vue des performances, je pense que l'on est actuellement sur la bonne voie de l'objectif que l'on se donne pour ces JO : 4 médailles. »

Au préalable, il faudra réfléchir à la stratégie à mettre en place. Comme faire l’impasse sur les Mondiaux de Melbourne l’an prochain ? « On ne va peut-être pas reproduire le même schéma que ceux des précédentes années, pour arriver aux JO dans les meilleures dispositions et pour gagner, glisse l’entraîneur des sprinters Florian Rousseau. Peut-être qu’être moins bon sur un championnat du monde, ce n'est pas grave. Les Mondiaux reviennent tous les ans alors que les JO, c'est tous les 4 ans. Il va falloir réfléchir à ça. »

A.D avec G.Q à Apeldoorn