RMC Sport

Prudhomme : « Ceux qui trichent paient »

Le directeur du Tour de France, Christian Prudhomme, n’a pas tardé à réagir après la nouvelle affaire de dopage ayant éclaboussé l’édition 2008 du Tour de France. Pour lui, la chute des tricheurs est synonyme d’espoir pour le reste du peloton.

Christian Prudhomme, quel est votre sentiment concernant ce que l’on est désormais en droit d’appeler l’affaire Rico ?
Il faut que chacun comprenne que l’agence française contre le dopage est indépendante, elle fait son travail, elle accomplit sa mission et le fait avec détermination. C’est plutôt une bonne chose. On ne peut pas demander à la fois au Tour de France et à l’organisme qui combat le dopage, l’AFLD, de lutter contre les tricheurs et de s’étonner qu’on en prenne. On s’est souvent moqué des instances en disant qu’elles avaient un train, deux trains, voire des années-lumière de retard sur le problème. Ça n’est manifestement plus vrai.

Vous semblez assez courroucé…
J’avais dit aux coureurs à huit-clos avant le début du Tour qu’ils avaient les clés. Certains n’ont pas compris mon message qui ne se voulait pas agressif une seule seconde. Ce que l’on souhaite, c’est que le podium du Tour soit un podium sur lequel on ne puisse rien dire. Aujourd’hui, le travail réalisé par l’AFLD, de manière tout à fait indépendante mais ciblée, fait que des gens se fassent prendre, que des tricheurs se fassent prendre… Tant mieux, qu’ils s’en aillent. Le vélo est en train de gagner la partie, sans aucun doute parce que ceux qui trichent se font avoir maintenant…

Déjà trois cas de dopage dans cette édition 2008 et le Tour est loin d’être fini…
Ceux qui restent, ceux qui sont là, on peut avoir confiance en eux. Il y aura peut-être un coup dur dans les prochains jours. Mais grâce à la politique indépendante menée par l’AFLD permet de faire en sorte que personne ne soit juge et partie, ce qui nous permet d’avoir un vrai message d’espoir. Ceux qui trichent se font vraiment avoir. Je ne veux plus qu’il y ait des doutes comme ceux présents autrefois sur la crédibilité du vélo. Je ne veux plus de suspicions sur telles ou telles performances. Ce n’est pas bien, ce n’est pas juste… Il y a plein de gens bien dans le peloton.

(Propos France Televisions)

La rédaction