RMC Sport

Armstrong - Bassons : « Cette affaire peut aller très loin »

-

- - -

Premier coureur à s’être opposé à Lance Armstrong, avant de baisser les armes et de se retirer du Tour de France 1999, Christophe Bassons suivra avec attention le passage télé de l’Américain. Il espère des aveux constructifs, et des conséquences à grande échelle.

Christophe, selon vous, quel intérêt a Lance Armstrong de parler jeudi prochain (le 17) dans le show d’Oprah Winfrey ?

Depuis quelque temps, je me disais qu’à un moment où un autre, il parlerait parce que c’est dans son intérêt. On sait comment ça se passe aux Etats-Unis, je pense qu’il ne parlera pas que de lui. S’il parle, ça veut dire qu’il peut être condamné pour parjure et on sait très bien qu’aux Etats-Unis, si on dénonce d’autres personnes, on peut éviter d’être condamné. C’est un dilemme qui va être placé entre Lance Armstrong et la justice américaine. L’intérêt, c’est qu’on connaisse la vérité. Moi, je n’ai rien à craindre, il peut dire ce qu’il veut, il n’y a pas de soucis. En revanche, je pense qu’il y en a qui ont de bonnes choses à craindre…

Qu’espérez-vous ?

J’attends qu’il dise la vérité sur le fonctionnement du cyclisme tel qu’il l’était lorsque lui était à l’intérieur, et le menait. Qu’il nous dise comment fonctionnaient les autres coureurs, ce qu’il a vu. Quelles relations il avait avec les instances nationales et internationales voire politiques. Ça peut aller très loin cette affaire parce que ça peut toucher le mouvement sportif au niveau national. Au niveau international, ça peut toucher aussi des instances gouvernementales de différents pays. Je crois que ça peut être intéressant, donc on va patienter une petite semaine.

L’onde de choc peut être terrible…

Honnêtement, oui, aussi bien au niveau institutionnel, au niveau de grosses équipes, au niveau des coureurs français ou au niveau de dirigeants de pays. Je pense qu’il peut y avoir des choses très intéressantes dans cette affaire... Après, ce que je veux, c’est qu’il n’y ait pas que du sensationnel. Ça veut dire qu’il y ait des choses et qu’ensuite, les affaires suivent et qu’on fasse du ménage là-dessus. Il y a eu l’affaire Armstrong, il y a eu l’affaire Festina, on se retrouve toujours avec les mêmes personnes qui dirigent les équipes professionnelles, les managers qui sont des anciens dopés,… Finalement, le changement, on l’attend toujours.

A titre personnel, êtes-vous satisfait de la manière dont les événements s’enchaînent ?

Moi, ça me rassure un peu sur le plan humain. J’avais du mal à imaginer qu’une personne puisse vivre dans le mensonge toute sa vie. Donc je pense que pour lui, humainement, ça serait mieux qu’il avoue. Après, qu’il avoue, je pense qu’on le sait déjà maintenant qu’il a triché. L’intérêt à ce qu’il avoue, c’est qu’il aille plus loin, qu’il ne parle pas que de lui mais qu’il parle du reste sans rentrer dans un système de vengeance.

Propos recueillis par O.S.