RMC Sport

Armstrong, l'étau se resserre

-

- - -

Selon la presse néerlandaise, cinq ex-équipiers de Lance Armstrong seraient prêts à faire des aveux compromettants à l'USADA, l'agence anti-dopage américaine.

Selon le journal néerlandais De Telegraaf, l'agence anti-dopage américaine USADA a passé un « deal » avec cinq anciens coéquipiers de Lance Armstrong pour témoigner contre lui. Il s'agit de Levi Leipheimer, George Hincapie, David Zabriskie, Christian Vande Velde ainsi que le manager de l'équipe Garmin, Jonathan Vaughters, tous présents sur le Tour de France actuellement. En échange d'aveux concernant leur utilisation de produits dopants et d'informations compromettantes sur Lance Armstrong, ils n'écoperaient que de six mois de suspension à partir de fin septembre. La semaine dernière, l'USADA avait accusé Armstrong de s'être dopé durant sa carrière, le coureur ayant toujours démenti.

Pas de commentaire de Leipheimer

Ce jeudi, Jonathan Vaughters, directeur sportif de la Garmin-Sharp, a expliqué qu'ils ont souhaité créer une équipe 100% propre, qu'ils ne peuvent pas changer le passé mais que le temps de la transparence est venu. Si une autorité gouvernementale ou anti-dopage contacte un membre de l'équipe, celui-ci doit répondre avec honnêteté. Il dément la suspension de six mois évoquée par les médias et demande aux journalistes de contacter l'Usada pour toutes précisions.

De son côté, Levi Leipheimer, le coureur Oméga Pharma - Quick-Stepn est descendu du bus de son équipe pour se présenter devant une cinquantaine de journalistes au sujet du « deal » passé avec l’USADA, l’agence anti-dopage américaine. Pendant cinq minutes, le coureur américain s’est contenté de répondre « no comment » à chacune des questions qui lui étaient posées.

George Hincapie, lui, s’est dit « déçu que l'on remette cette affaire sur le tapis. J’ai toujours essayé de faire correctement les choses dans ce sport. Je préfère me concentrer sur mon travail », a déclaré le coureur américain.

Notre consultant, Cyrille Guimard, se veut prudent quant à cette affaire. « Des inspecteurs des Etats-Unis ont récolté des informations directement dans les laboratoires qui font des analyses, notamment ceux de l’AFLD, explique l’ancien coureur et directeur sportif, membre de la Dream Team RMC Sport. Ils sont aussi allés en Italie pour chercher des éléments qui pourraient confondre Lance Armstrong. Certains coureurs avaient aussi fait des accusations. C’est un dossier très complexe, qu’il faudrait traiter au conditionnel. Mais aujourd’hui, plus personne ne doute que Lance Armstrong a un petit peu triché et avec lui l’ensemble de son équipe. Mais c’était à une époque où la plus grande partie des coureurs trichait. Quand tout le monde triche, est-ce que c’est de la triche ? Il faut traiter cette affaire avec prudence. »