RMC Sport

Ces histoires qui ont fait le Tour (12/23)

-

- - -

A l’occasion de la 100e édition de la Grande Boucle, RMC Sport vous raconte chaque jour une petite histoire qui a contribué à la grande histoire du Tour. Aujourd’hui, gros plan sur le jour où un journaliste de… RMC a piraté Radio-Tour et annoncé l’abandon d’Anquetil lors du Tour 1961.

Le soleil brûle sur les Landes en ce 13 juillet 1961. Le Tour de France est dépourvu de tout suspense. Maillot Jaune depuis la première étape, Jacques Anquetil file tranquillement vers sa deuxième victoire sur la Grande Boucle. Le scénario de la 18e étape entre Pau et Bordeaux, longue de 207km, est prévisible : un encéphalogramme plat puis un sprint final. Les journalistes qui couvrent la course décident donc de goûter aux spécialités locales dans de petits restaurants situés au bord de la route. Le moment choisi par Claude Morel pour mettre le feu aux poudres.

Journaliste à Radio Monte Carlo, ce dernier décide de « réveiller » ses collègues. Grâce à quelques notions techniques et l’aide d’un confrère de France-Soir, il pirate Radio Tour, chargée d’informer les journalistes ainsi que les suiveurs du déroulement de la course. Dans le micro, deux mots résonnent : « Abandon d’Anquetil ! » La journée et le déjeuner, qui devaient être paisibles, prennent alors une toute autre tournure.

« Des fous possédés qui sautent par-dessus leur table »

« Le résultat est spectaculaire, racontent Patrick Fillion et Laurent Réveilhac dans leur ouvrage “Petites histoires inconnues du Tour de France” (Hugo sport). De paisibles convives se transforment dans l’instant en fous possédés qui sautent par-dessus leur table, abandonnant les prémices d’un repas gastronomique, le plus souvent sans régler quoi que ce soit. Ils se ruent sur les motos, prennent les voitures en marche : les journalistes rentrent dans la course. »

Bien mal leur en a pris. En arrivant à hauteur de la voiture de Jacques Goddet, le directeur du Tour de France leur apprend qu’il n’en est rien et qu’Anquetil est plus que jamais en route vers le deuxième de ses cinq sacres sur la Grande Boucle.

A lire aussi :

>> Le bad boy Cavendish refait des siennes

>> Kittel : « Question de malchance »

>> Guimard : « Cavendish ? Une timidité des commissaires »

AA