RMC Sport

Cofidis, un air de déjà-vu…

Le bus de Cofidis devant l'hôtel de Bourg-en-Bresse

Le bus de Cofidis devant l'hôtel de Bourg-en-Bresse - -

Alors que l’interpellation de Rémy Di Gregorio ébranle le Tour de France, le sponsor Cofidis trinque une nouvelle fois. Si le coureur marseillais est a priori un cas particulier, d’autres affaires ont éclaté en 2004 et 2007.

Pour Cofidis, de mauvais souvenirs ressurgissent avec l’interpellation et le placement en garde à vue de Rémy Di Grégorio ce mardi lors de la journée de repos du Tour de France. En 2003, la brigade des stupéfiants s’était intéressée au soigneur polonais de la formation française, Boguslaw Madejak. Après une mise sur écoute pendant des mois, l’enquête s’accélère début 2004 lors de la perquisition au siège de l’équipe Cofidis et l’arrestation du coureur polonais Marek Rutkiewicz, de retour de Varsovie, en possession d’ampoules d’EPO et d’hormones de croissance.

Dans les jours qui suivent, d’autres médecins et coureurs de l’équipe sont mis en examen, dont Robert Sassone, Cédric Vasseur, David Millar, Massimiliano Lelli et Philippe Gaumont. Ce dernier est d’ailleurs désigné comme le principal fournisseur de produits dopants. En novembre 2006, s’ouvre le procès de l’affaire « Cofidis », alors que les plaintes contre Cédric Vasseur ont été annulées pour « faux ». Des condamnations de six mois à un an de prison avec sursis ont été prononcées contre les accusés.

En 2007, Cofidis avait quitté le Tour

A la suite du scandale, Eric Boyer arrive à la tête de la formation Cofidis, en 2005. Symbole de la lutte contre le dopage, l’ancien cycliste professionnel dirige l’AIGCP (Association Internationale des Groupes Cyclistes Professionnels) et se bat quotidiennement contre ce fléau. Cofidis annonce une « nouvelle ligne de conduite » vis-à-vis du dopage, notamment par la réalisation de contrôles internes et un suivi plus poussé des coureurs de l’équipe.

Mais dès le Tour de France 2007, le parfum du scandale revient. Cette fois, et comme aujourd’hui avec Rémy Di Grégorio, c’est le cas d’un coureur isolé qui frappe Cofidis. L’Italien Cristian Moreni est contrôlé positif à la testostérone et exclu de la course. L’équipe française, dont faisait alors partie Sylvain Chavanel et l’actuel maillot jaune Bradley Wiggins, se retire dans la foulée. Eric Boyer, lui, a été écarté au mois de juin dernier pour manque de résultats. Yvon Sanquer l’a remplacé. Les hommes passent, les affaires aussi.

Arthur Didier