RMC Sport

Contador n’a (déjà) plus le choix

Alberto Contador

Alberto Contador - -

Alors que l’étape de ce jeudi entre Cugnaux et Luz-Ardiden lance le triptyque pyrénéen et le début des grandes manœuvres pour la victoire finale dans ce Tour de France, Alberto Contador doit en profiter pour combler son retard sur ses principaux rivaux. Mais l’Espagnol ne semble pas pressé.

Les cyclistes ont l’habitude de dire que l’on peut perdre le Tour de France lors de la première étape de montagne mais pas le gagner. Si cet adage n’était pas forcément vrai pour l’Alberto Contador des dernières années, tant il semblait intouchable, il semble mieux lui convenir lors de cette Grande Boucle 2011. Déjà relégué à la seizième place du classement général, à 1’30’’ d’Andy Schleck (Leopard-Trek) et 1’41’’ de Cadel Evans (BMC), l’Espagnol n’a plus le choix et doit passer à l’offensive pour essayer de refaire une partie de son retard.

Une tactique que Bernard Hinault, quintuple vainqueur de la Grande Boucle (1978 , 1979 , 1981 , 1982 , 1985), conseille fortement. « Alberto Contador doit attaquer, explique-t-il. L’étape de demain (ndlr, jeudi) s’y prête, avec un premier col et puis le Tourmalet. On a ensuite la montée vers Luz-Ardiden. Il devrait essayer de prendre un peu d’avance sur ses principaux concurrents. Il ne peut pas se permettre d’attendre les Alpes. » Pourtant, le vainqueur des deux dernières éditions du Tour de France compte bien prendre son temps : « Je pense que dans la première étape pyrénéenne, il y a aura beaucoup d’observation entre les favoris même s’il y a des coureurs qui doivent lancer la course, je pense notamment aux frères Schleck. »

Leblanc : « Contador doit attaquer tôt »

Pour les frères luxembourgeois, peu à l’aise dans l’exercice du contre-la-montre, l’arrivée de la montagne est aussi un moment clé si l’un des deux veut espérer remporter ce Tour de France. « S’il y a une chance on va la prendre, a confirmé Andy Schleck. Cela peut être dans les Pyrénées ou dans les Alpes. » Pas certain donc que la grande explication débute jeudi sur les pentes du Galibier ou dans la montée vers Luz-Ardiden.

Pourtant, selon Luc Leblanc, consultant RMC Sport, le terrain s’y prête à merveille, surtout pour Contador. «Il faudra au moins qu’il tente quelque chose dans le col du Tourmalet, avant d’aborder la montée vers Luz-Ardiden, analyse-t-il. Parce que s’il veut véritablement mettre en difficulté les frères Schleck et Cadel Evans, il faut absolument qu’il attaque tôt. » Pour Thomas Voeckler en tout cas, une chose est sûre, il lui sera difficile de conserver sa tunique de leader si les grands favoris décident de s’expliquer. « Je ne pense pas que je serai en jaune demain soir. Ce n’est pas dans mon tempérament de lâcher mais c’est aussi dans ma nature d’être lucide. Je pense que Contador va attaquer. Ça va être difficile. »