RMC Sport

Europcar-MPCC, la brouille

Pierre Rolland

Pierre Rolland - -

La formation Europcar a été suspendue provisoirement, ce jeudi, par le Mouvement pour un cycliste crédible, association dont elle fait partie. La formation de Pierre Rolland, coureur au cœur de « l’affaire », pourra toutefois participer au Tour de France.

L’imbroglio entre Europcar et le Mouvement pour un cycliste crédible n’est pas terminé (MPCC). Ce jeudi, via un communiqué, le MPCC a indiqué qu’elle suspendait provisoirement Europcar de son association. La cause ? « L’affaire » Pierre Rolland. Le 8 juin dernier, le grimpeur de la formation française avait pris le départ de la 7e étape du Critérium du Dauphiné, malgré un taux de cortisolémie trop bas. Un cas où, plus pour des raisons de sécurité du coureur que de suspicion de dopage, le règlement interne du MPCC prévoit que le coureur ne prenne pas le départ. Ce que fait pourtant Rolland, avant de jeter l'éponge une vingtaine de kilomètres plus loin.

« L’application stricte de notre règlement interne, basé sur le volontariat, est demandée avec fermeté par tous nos membres, équipes, sponsors équipes et/ou institutionnels, fédérations nationales, organisateurs, etc. L’équipe n’aurait pas dû autoriser le départ du coureur eu égard au résultat de l’analyse », indique le communiqué de l’association. Cette semaine, le MPCC a donc demandé des explications à Europcar. Mais les raisons avancées, via échange de mails, par le manager Jean-René Bernaudeau et le Dr Hubert Long, n'ont pas convaincu. Au sein de l’équipe vendéenne, on regrette ne pas avoir été convoqué par le conseil d'administration du MPCC, qui s'est réuni ce jeudi et a pris sa décision à l'unanimité.

Long : « En tant que médecin, je suis dépité »

Si Jean-René Bernaudeau, très remonté, a préféré ne faire aucun commentaire, parlant néanmoins de « mascarade », Hubert Long a tenu à dénoncer les conditions de contrôle sur le Dauphiné. « On n’a pas tenu compte de mes remarques, déclare le médecin d’Europcar. Le prélèvement biologique a été fait dans des conditions horaires inadéquates, donc le résultat qui est sorti ne peut être utilisé pour quelque utilisation que ce soit. Utiliser comme ça un résultat, ça s’appelle une erreur médicale. C’est regrettable. En tant que médecin, je suis dépité de voir une telle procédure. »

Du côté du MPCC, c'est pour l’instant silence radio. Contactés, certains membres du conseil d’administration confirment la tenue de la réunion, sans en dire plus. « C'est au président Roger Legeay de s'exprimer ». Un Roger Legeay injoignable depuis le début de la semaine. Symbolique, cette décision ne remet pas en cause la participation d’Europcar au prochain Tour de France (29 juin-21 juillet), les standards antidopages du MPCC étant au-dessus des contrôles antidopage internationaux. Rolland, huitième de la dernière Grande Boucle, peut souffler.

A lire aussi :

- Europcar suspendu du MPCC

- Guimard : « Un soulagement pour Rolland »

- Toute l'actu du cyclisme

AA avec Pierrick Taisne