RMC Sport

Farrar, une première riche en symboles

Tyler Farrar

Tyler Farrar - -

Près de deux mois après le décès de son ami Wouter Weylandt sur le Giro, l’Américain Tyler Farrar lui a rendu le plus bel hommage en s’imposant ce lundi à Redon, au terme de la 3e étape du Tour de France. Une première sur la Grande Boucle pour le sprinteur de Garmin-Cervélo.

Tyler Farrar avait trois excellentes raisons de s’imposer sur le Tour de France, ce lundi. En ce 4 juillet, jour de fête nationale aux Etats-Unis, l’Américain pouvait remporter la première étape de sa carrière sur la Grande Boucle. Et il pouvait, aussi, rendre le plus bel hommage possible à son ami Wouter Weylandt, décédé sur le Tour d’Italie le 9 mai dernier. Alors, en Bretagne, à Redon, au terme des 198 km de la 3e étape, Tyler Farrar (27 ans) n’a pas laissé passer cette occasion.

C’est en formant un « W » avec ses mains que le sprinteur de l’équipe Garmin-Cervélo, déjà lauréate la veille du contre-la-montre par équipes, a signé son premier succès individuel sur le Tour de France. Sur le Giro, il avait accompagné, en pleurs, les coureurs de Leopard-Trek au lendemain de la mort accidentelle du Belge. Avant de se retirer de la course. « Quand j’ai passé la ligne, j’ai pensé à mon ami Wouter, confie Farrar. Je pensais à ça depuis deux mois. On ne sait jamais si on va pouvoir gagner une étape sur le Tour de France. Je suis content d’avoir pu le faire. »

Avec l’aide de Hushovd

L’ancien membre de l’équipe français Cofidis (en 2006-07) avait d’ailleurs du mal à réaliser, quelques minutes après avoir franchi la ligne d’arrivée devant le Français Romain Feillu (Vacansoleil) et l’Espagnol José Joaquin Rojas (Movistar). « C’est incroyable, c’est un rêve, explique l’Américain. Je n’y crois pas. C’est le Tour de France, il y a les meilleurs coureurs du monde. Il y a Mark Cavendish, Alessandro Petacchi, André Greipel, Tom Boonen, José Joaquin Rojas… Ce n’est jamais facile. J’étais souvent deuxième ou troisième, mais je n’avais jamais gagné. »

C’est désormais chose faite et il pourra remercier Thor Hushovd. Après avoir pris le Maillot jaune dimanche, le Norvégien n’a pas hésité à aider son coéquipier. « Thor est ‘‘too class’’, lâche Tyler Farrar dans un sourire. Il est champion du monde, maillot jaune et il lance le sprint pour moi. » Pour l’Américain et son équipe, le Tour de France est déjà réussi. Il ne fait pourtant que débuter…