RMC Sport

Guimard : « Nibali, un beau vainqueur »

-

- - -

Dominateur au sommet d’Hautacam ce jeudi, Vincenzo Nibali a signé sa quatrième victoire d’étape sur ce Tour. Plus que jamais Maillot jaune, l’Italien va remporter la Grande Boucle. Un succès éclatant et mérité selon Cyrille Guimard.

Et de quatre ! En s’imposant à Hautacam ce jeudi, Vincenzo Nibali s’est offert une quatrième victoire d’étape sur le Tour 2014. Un nouveau succès comme un dernier tampon, si besoin était, de la domination sans partage de l’Italien sur cette Grande Boucle. « On s’imaginait assez facilement que Nibali, déjà vainqueur de trois étapes, tenait absolument à marquer de son empreinte cette étape et le Tour, estime Cyrille Guimard. Quand on gagne le Tour, on aime bien apposer une petite signature. Aujourd’hui, c’était la signature de Nibali. On sentait qu’il était un peu frustré car il y a deux-trois étapes où il aurait pu aller chercher la victoire mais les circonstances de course ne l’ont pas permis. Là, on a vite compris que son équipe maîtrisait l’écart avec le groupe de tête et même le réduisait à l’approche du Tourmalet. On savait alors que Nibali allait essayer de frapper dans la dernière ascension. »

« Il l’a fait en deux temps, poursuit le membre de la Dream Team RMC Sport. Il a d’abord accompagné Horner, l’Américain vainqueur du Tour d’Espagne l’an dernier. Puis il est parti quand il a vu que ce dernier plafonnait et que ça ne revenait pas derrière. Le roi avait décidé d’aller chercher une quatrième victoire d’étape, il a déposé Horner et est parti dans un solo dans les derniers kilomètres pour aller chercher la gagne. Nibali est un vainqueur qui aura dominé la course sans l’écraser. Il a vraiment pris le pouvoir sur les pavés d’Arenberg, où il a pris plus de deux minutes à tous les autres favoris, et à partir de ce moment-là lui et son équipe ont géré avec beaucoup d’intelligence tous les pièges pour finir en beauté. On a un très beau vainqueur du Tour. »

« Pinot risque de sortir du podium »

Pour la victoire finale, plus de suspense, donc. Pour le podium, par contre… Avec trois hommes (Pinot, Péraud, Valverde) en 15 secondes, le chrono individuel de samedi s’annonce bouillant. « C’était un scénario inimaginable, juge Cyrille Guimard. Surtout avec deux Français ! On va se régaler sur ce contre-la-montre. Il ne va pas falloir s’endormir. Pour Péraud, je ne suis pas très inquiet pour une place sur le podium, et vraisemblablement la deuxième. Valverde paraît usé mais il est courageux et il a de l’expérience. Je pense malheureusement que c’est Thibaut Pinot qui risque de sortir de ce podium. Ce serait dommage mais c’est la course. Il a fait des progrès dans les chronos. Est-ce que ce sera suffisant ? Je ne prendrais pas le pari. Mais s’il progresse encore dans le futur, ça peut peut-être en faire un client pour la première marche du podium. »

A lire aussi : >> Impérial Nibali >> Pinot-Péraud, à qui gagne perd... >> Bardet, l'éternel insatisfait

Cyrille Guimard