RMC Sport

Kittel, la nouvelle perle du sprint

Marcel Kittel

Marcel Kittel - -

Le sprinteur allemand s’annonce comme l’une des révélations du Tour 2012. A 24 ans, il collectionne les succès et, un an et demi après ses débuts professionnels, il impressionne ses coéquipiers par sa puissance et sa décontraction.

Liège, jeudi dernier. L’équipe Argos-Shimano monte sur le podium de présentation du Tour 2012. Les coureurs de la formation néerlandaise saluent la foule clairsemée. Parmi eux, un grand blond amuse la galerie sur son vélo « chopper », en forme d’Harley Davidson. Il s’agit de Marcel Kittel. A 24 ans, le coureur allemand aborde sa première Grande Boucle. Mais la pression ne semble pas le perturber. Au contraire. « C’est un garçon qui n’est pas stressé, reconnait Christian Guiberteau, son directeur sportif. On le voit prendre du plaisir. Il a cette capacité à évacuer la pression. En revanche, lors des sprints, il est vraiment dedans. » Tellement dedans que Kittel fait déjà partie de l’élite du sprint mondial.

L’an passé, le natif d’Arnstadt a ébloui son monde en remportant 15 victoires, dont une lors de la Vuelta, pour sa première saison professionnelle. De quoi s’offrir le meilleur bilan individuel 2011. Un baptême tonitruant qui en a fait le sprinteur n°1 de son équipe. Avec son autorité et sa décontraction naturelle, Kittel a immédiatement séduit ses coéquipiers. « C’est une force de la nature, glisse Matthieu Sprick, son coéquipier. Il est serein. Il n’a pas du tout la grosse tête. Ça le rend attachant. » Loin des ego surdimensionnés de certains leaders, Kittel engrange les succès en toute humilité. Cette saison, il en compte déjà 9. En attendant d’ouvrir son compteur sur le Tour.

« Il peut battre Cavendish plusieurs fois »

« Il va pouvoir prouver qu’il fait partie des meilleurs sprinters au monde, assure son partenaire Yann Huguet. Il est très motivé. Ça nous tire vers le haut. On va travailler pour qu’il puisse s’offrir sa première victoire sur le Tour de France. » Pourquoi pas dès ce lundi lors de la 2e étape entre Visé et Tournai (Belgique) ? Un tracé propice à une arrivée massive. « On est confiants parce qu’il est en grande forme, explique Matthieu Sprick. On a bon espoir. Malgré son jeune âge, c’est un vrai leader. Il a un grand avenir devant lui. » Ancien champion du monde juniors du contre-la-montre, Kittel a frappé un grand coup le mois dernier en s’offrant le scalp de Mark Cavendish (Sky) lors du Ster ZLM Toer.

Une performance qui a marqué les esprits. « Je crois qu’il ne se rend pas compte à quel point il est fort, confie Yann Huguet. Il peut battre Cavendish plusieurs fois sur ce Tour ». Avec ses qualités hors du commun, le prodige d’Argos-Shimano peut aussi rêver du maillot vert. A condition de rallier Paris, le 22 juillet. « Son gros défaut, c’est sa stature qui ne lui permet pas de passer les grands cols, explique Cyrille Guimard, consultant RMC Sport. Il est souvent en difficulté dans les étapes de montagne. Il peut être hors délai. On n’est pas sûr de le voir sur les Champs-Elysées. » De toute façon, Kittel n’a pas l’intention d’attendre si longtemps pour briller.

Alexandre Jaquin avec Georges Quirino