RMC Sport

La France attend toujours ses sprinteurs

Arnaud Démare et Nacer Bouhanni

Arnaud Démare et Nacer Bouhanni - -

La 5e étape du Tour devrait se conclure par une arrivée massive, ce jeudi à Saint-Quentin (Aisne). L’occasion de briller pour les rois du sprint. Un univers dont les Français ont disparu depuis plusieurs années. En attendant la relève.

2 juillet 2006. Bras levés et sourire radieux, Jimmy Casper franchit la ligne d’arrivée. Une clameur assourdissante envahit les rues de Strasbourg. Le coureur de Cofidis vient de remporter la 1ère étape du Tour 2006. Une victoire saluée par toute la cité alsacienne. Et fêtée aux quatre coins de la France… Six ans plus tard, la photo du podium de Strasbourg commence à jaunir. Casper roule désormais pour AG2R-La Mondiale. A 34 ans, il n’a pas été retenu pour le Tour 2012, mais reste toujours le dernier sprinteur français à avoir inscrit son nom au palmarès de la Grande Boucle. Une traversée du désert à l’image d’une génération déclinante. Celle des Sébastien Hinault (38 ans), Anthony Geslin (31 ans), Samuel Dumoulin (31 ans) et Romain Feillu (28 ans).

Lors des 70 derniers sprints massifs du Tour, seuls trois Français sont sortis en tête de la meute. Un bilan famélique. Incapables de rivaliser avec les formations entièrement dédiées au sprint, les représentants tricolores subissent la loi des QuickStep, HTC ou Milram. Après Eric Zabel, Robbie McEwen ou Alessandro Petacchi, Mark Cavendish en profite aujourd’hui pour empiler les victoires sur la plus prestigieuse des compétitions cyclistes. Et l’aphonie nationale devrait se poursuivre cette année. En cause ? L’absence des nouveaux prodiges de l’Hexagone. Les championnats de France se sont pourtant joués au sprint le mois dernier. Mais parmi les dix premiers, seul Julien Simon de Saur-Sojasun (9e) est engagé sur le Tour 2012. Une situation qui s’explique en partie par le jeune âge des coureurs les plus véloces.

Bouhanni et Démare préservés

Le champion de France, Nacer Bouhanni, n’a que 21 ans. Idem pour son dauphin, Arnaud Démare. La Française des Jeux estime que ses deux pépites sont encore trop tendres pour se frotter au gratin. « Ils ont un vrai potentiel mais ils sont extrêmement jeunes, résume Marc Madiot, leur directeur sportif. Arnaud a fait le Giro cette saison. Nacer fera la Vuelta pour appréhender ce qu’est un grand Tour. » Une prudence saluée par Cyrille Guimard, le consultant RMC Sport. « C’est une bonne chose qu’ils ne soient pas sur ce Tour, assure-t-il. Ils sont encore très jeunes. Ils manquent de foncier. Ils n’ont pas la maturité physique et mentale. Le Tour de France n’est pas une épreuve qu’on prend par-dessus la jambe ».

En mai dernier, Démarre n’a pas réussi à faire mieux qu’une 4e place d’étape lors du Tour d’Italie. Bouhanni aura, lui, l’occasion de se jauger en septembre sur les routes d’Espagne. En attendant de plonger dans le grand bain. Peut-être dès l’an prochain. « Ils ont les dents longues, sourit Thierry Bricaud, membre du staff de la FDJ. Ils apprennent à chaque instant sur le vélo ou devant leur télévision. Ils ont hâte de mettre les pieds sur le Tour de France. Mais chaque chose en son temps ». Une prudence qui contraste avec la politique de certaines équipes étrangères. Liquigas n’a par exemple pas hésité à lancer Peter Sagan cet été. Le crack slovaque a déjà remporté deux étapes. A seulement 22 ans…

Alexandre Jaquin avec G.Q. et P.A.