RMC Sport

Lappartient : « Di Grégorio n’a absolument rien compris »

David Lappartient

David Lappartient - -

Présent sur la route du Tour de France, le président de la Fédération française de cyclisme a fait le point sur les dossiers chauds, et notamment sur le cas du coureur Cofidis, mis en examen ce jeudi.

David, que pensez-vous de cette première partie de Tour de France ?

L’équipe Sky domine vraiment, elle est très forte sur tous les aspects du terrain. Il faut sans arrêt attaquer car ce n’est pas en restant derrière qu’on gagne le Tour de France. On sait qui est le favori, il y a des outsiders, je pense notamment à Nibali, qui doivent attaquer. C’est dans des opérations d’envergure, en partant de loin, qu’on peut faire plier Bradley Wiggins. Il faut trouver la faille dans cette équipe.

Etes-vous satisfait des Français sur ce Tour ?

Oui, car Thibaut Pinot, un très jeune coureur, Thomas Voeckler, un coureur confirmé, et Pierre Rolland, ont gagné des étapes difficiles. Ils ont gagné ‘à la pédale’, parce qu’ils étaient très forts. Ça confirme les valeurs du cyclisme français. Trois victoires d’étape, cela donne de l’engouement pour les spectateurs.

Quel est votre point de vue sur l’affaire Rémy Di Grégorio, mis en examen pour « détention d'un procédé interdit sans justification médicale » ?

Je n’ai pas d’informations spécifiques en dehors de celles que je lis dans la presse. Mais nous ne sommes pas à l’abri de quelques comportements individuels et déviants. A priori, c’est le cas avec Di Grégorio puisque son équipe n’est en rien impliquée en cela. On va réfléchir sur la suite à donner au niveau de la Fédération française de cyclisme, qui pourrait passer par une suspension à titre conservatoire assez rapidement. On va sans doute se porter partie civile, comme on le fait dans tous les dossiers de cette nature. En fonction de l’analyse, on pourrait suspendre Di Grégorio à titre conservatoire.

Comment avez-vous réagi en apprenant la nouvelle ?

Il y a d’abord eu de la colère parce qu’on est dans l’exemple type d’un coureur qui n’a absolument rien compris, qui bricole dans le dos de son équipe. Il connaît les règles mais les transgresse. On en a marre de ces comportements qui jettent le discrédit sur notre sport ! On n’a pas besoin de ça. On est un magnifique sport.

Que pensez-vous de la sélection pour les JO, avec la présence du pistard Mickaël Bourgain dans l’équipe sur route ?

C’est vrai qu’il y a peu de chances, même si c’est un très bon sprinteur, que Mickaël Bourgain soit à l’arrivée au bout de 260km. Mais les règles de sélection sont très compliquées pour les Jeux Olympiques (engagé sur le keirin, Bourgain doit participer à une 2e épreuve pour être présent aux JO, ndlr). On a le droit à un quota maximum d’athlètes. Bourgain avait acquis sa sélection d’un point de vue juridique par le CNOSF. Il aurait été injuste de le priver de sa sélection alors qu’il représente une réelle chance de médaille. Il en a déjà ramené une en 2004 et 2008. Mais nous avons quand même une très belle équipe sur route avec Chavanel, Démare et Gallopin. La décision a été difficile à prendre mais on a, avec la DTN, pris cette décision avant d’avertir Laurent Jalabert pour qu’il adapte sa sélection.

Propos recueillis par Pierre-Yves Leroux