RMC Sport

Tour de France (18e étape): la drôle d’arrivée entre les coéquipiers Kwiatkowski et Carapaz

Michal Kwiatkowski et Richard Carapaz (Ineos Grenadiers) ont franchi la ligne d’arrivée en tête bras dessus, bras dessous ce jeudi à l’occasion de la 18e étape du Tour de France. La victoire de l'étape est revenue au Polonais.

C’est l'image étonnante du jour sur la 18e étape du Tour de France entre Méribel et La Roche-sur-Forron: Michal Kwiatkowski et Richard Carapaz, les deux coéquipiers d’Ineos Grenadiers, qui franchissent la ligne d’arrivée sans se disputer la victoire finale au sprint. Pour quelques centimètres, c’est le Polonais de la formation britannique qui termine premier.

Ce scénario est assez rare pour être souligné. Il a immédiatement divisé les suiveurs de la Grande Boucle en deux camps distincts: ceux qui saluent une belle preuve de solidarité, et ceux qui regrettent le manque de spectacle et de compétition.

"Un jour incroyable"

Nos consultants, eux, ont apprécié. "Ils auraient pu faire un sprint, mais ça aurait été un sprint spectacle, donc ça n’aurait servi strictement à rien… Je vais même aller plus loin: ça aurait été dangereux de faire un sprint, avec cet homme (un spectateur) qui a sauté les barrières à 100 mètres de l’arrivée", a fait remarquer Cyrille Guimard sur l’antenne de RMC.

>> Revivez la 18e étape dans les conditions du direct

"C’est un jour incroyable pour nous. Lors des derniers kilomètres, on savait que l’écart était conséquent. Ces trois derniers jours, on a essayé, collectivement, de prendre les bonnes échappées pour gagner une étape. Et ça l’a fait aujourd’hui, au cours d’une étape incroyable avec Richard (Carapaz)", a savouré Kwiatkowski à l'issue de l'étape.

L'autre héros du jour n'a pas non plus caché sa satisfaction. "On est très très heureux en tant qu’équipe. A la fin, on s’est dit qu’il fallait en profiter, donc on s’est entendu", a confié Carapaz après l'étape, dans des propos relayés par le compte Twitter du Tour de France.

Le "soldat" Kwiatkowski récompensé

Le choix de laisser la victoire à Kwiatkowski respecte une certaine logique, le Polonais étant un soldat d’Ineos, anciennement Sky, depuis de nombreuses années. Après avoir aidé Froome puis Thomas à briller, c’était pour lui le moment de sortir de l’ombre. D’autant plus que, pour Carapaz, qui a chipé le maillot à pois à Pogacar, la journée avait déjà été rentabilisée.

F.Ga