RMC Sport

Tour de France : Bardet, c’est costaud !

Romain Bardet

Romain Bardet - -

Au lendemain de la victoire de son équipier Christophe Riblon à l’Alpe d’Huez, le prometteur Romain Bardet, malade, a puisé dans ses ressources pour obtenir une belle 12e place au Grand-Bornand. Seizième au général, il reste le meilleur coureur français sur ce Tour.

Il pleut sur la ligne d’arrivée au Grand-Bornan et Romain Bardet, arrivé 2’48 après Alberto Rui Costa, n’affiche pas le visage des grands jours. On est même carrément loin des éclats de rire qui ont accompagné la victoire mémorable de son équipier, Christophe Riblon, la veille à l’Alpe d’Huez. Le coureur AG2R a pourtant été dans le coup, ce vendredi, lors d’une 19e étape épique entre Bourg-D’Oisans et le Grand-Bornand. Sa 12e place ce vendredi lui permet même d’en grappiller une au classement général.

A deux jours de la fin du Tour, le voilà désormais 16e. Pas mal pour un novice. Surtout au vu des conditions dans lesquelles le Français a traversé cette étape. « J’ai eu de très mauvaises sensations durant toute la journée, raconte, très déçu, le protégé de Vincent Lavenu. J’étais malade toute la nuit. J’ai dû dormir, au mieux, quatre heures. Je pense avoir un début d’angine. Je suis sous antibiotiques depuis hier. »

Bardet : « Il y a plus grave »

Mais le premier français au classement général est un battant. Et il a toujours aimé être devant. Voilà pourquoi il a puisé des forces au plus profond de lui-même pour rester au contact des meilleurs. « Je me bats contre moi-même, dit-il. J’ai quand même réussi à être devant grâce aux copains. Mais ça a vraiment été une dure journée pour moi. » Sacré contraste, en effet, avec la folie de l’Alpe d’Huez.

« J’avais terminé 16e, comme quoi le vélo, ça change tous les jours. Je me suis battu autant que les autres jours mais aujourd’hui, j’avais la tête qui tournait sur le vélo. Jusqu’à présent, j’ai réussi à passer un Tour de France sans encombre. Il y a plus grave. J’ai réussi à anticiper. Il le fallait. Rui Costa gagne. Il n’y a pas trop de regrets à avoir. » Il en aura peut-être davantage dans un an, quand il sera attendu comme l’une des meilleures chances tricolores. Mais ça, c’est une autre histoire.

A lire aussi :

Tour de France - Froome : « Rester concentré »

Toute l’actu du Tour de France

Tour de France – Rolland : « J’ai eu des crampes »

AB avec PYL