RMC Sport

Tour de France : Di Grégorio en garde à vue

Rémy Di Grégorio

Rémy Di Grégorio - -

Un coureur français de Cofidis a été interpellé ce mardi, jour de repos sur le Tour de France. Il s'agit de Rémy Di Grégorio. Une descente de police a eu lieu à l'hôtel de l'équipe française à Bourg-en-Bresse.

17h35 - Di Grégorio est à Marseille

Rémy Di Grégorio, interpellé ce mardi matin à l’hôtel de l’équipe Cofidis à Bourg-en-Bresse par l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (Oclaesp), a été conduit à Marseille pour être placé en garde à vue. Le coureur français est arrivé dans l’après-midi.

Yvon Sanquer, manager général de la Cofidis, s'est exprimé ce mardi en conférence de presse sur le cas de dopage présumé impliquant son coureur Rémy Di Grégorio, placé en garde à vue ce matin.

17h30 - Leblanc : « Di Grégorio a dévié de sa route »

Pour Luc Leblanc, consultant vélo pour RMC Sport, la situation délicate dans laquelle se trouve aujourd’hui Rémy Di Grégorio, placé en garde à vue car soupçonné d’avoir pris part à un trafic organisé de produits dopants, tient sûrement son origine d’un mauvais virage pris, plus jeune, par le coureur de Cofidis. « Rémy a dévié de sa route. Je l’ai connu lorsqu’il était cadet, quand il a gagné son championnat de France à Marmande. Il a été champion de France cadet. Il a eu une belle évolution. Il a fait de superbes performances en junior. Et puis après, à mon avis, il n’a pas connu les meilleures personnes dans sa vie. »

17h15 - Prudhomme : « Un manque de respect pour le Tour »

Le directeur du Tour de France Christian Prudhomme s’est exprimé cet après-midi sur le cas Rémy Di Gregorio, placé en garde à vue pour usage présumé de produits dopants. « J’ai été frappé au début par la question des instances qui relâcheraient leurs efforts en matière de lutte antidopage. Ça veut dire très clairement que les instances ne baissent ni les bras ni ne laissent tomber, a déclaré Prudhomme. Ceux qui trichent se font prendre tôt ou tard. Plus tôt ils se font prendre tôt, mieux ça nous va. Que les gens continuent à tricher, ça veut dire qu’il y a un manque de respect du Tour de France. S’il est avéré qu’il a triché, il faut le punir. La caisse de résonnance du Tour de France intéresse tour le monde, naturellement. »

16h40 - Sanquer : « Pas d’information sur le lieu de sa garde à vue »

« Je n’ai pas d’information complète sur le lieu de sa garde à vue. Ce n’est pas non plus de mon ressort. Je sais qu’il est garde à vue. Je sais où il a été interpellé, avec une présomption par rapport aux faits qui sont reprochés. Pour l’instant mon champ d’information est celui-là, et il me suffit amplement.»

16h38 - Di Grégorio était sur écoute

Mis en garde à vue ce matin pour usage présumé de produits dopants, le coureur Cofidis Rémy Di Grégorio était sous surveillance téléphonique. C’est par ce moyen que les enquêteurs de l’office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP) ont pu réunir les éléments nécessaires pour procéder à son interpellation.

16h25 - « J’ai mis ASO au courant dès ce matin »

« J’ai mis ASO au courant dès ce matin, en 2e lieu, après avoir prévenu le partenaire. Ça parait être la priorité. On est sur le Tour. C’est le respect qu’on doit aux organisateurs, aux gens qui créent les évènements. On est toujours navré quand survient un évènement de la sorte. »

16h23 - Rémy semblait plutôt motivé »

« Il semblait plutôt motivé, dans de bonnes dispositions dans le groupe. Rémy est quelqu’un d’assez bouillant, expansif. Il n’y a rien de spécial à dire sur son comportement. »

16h21 - La chambre de Di Grégorio perquisitionnée

Yvon Sanquer l'a précisé en conférence de presse : « A priori, il n’y a eu que sa chambre qui a été perquisitionnée. »

16h19 - « Pas de demi-mesure si les faits sont avérés »

« C’est un rappel à l’ordre et la vigilance. On s’aperçoit qu’il y encore des façons de passer au travers. Si les faits sont avérés il sera licencié de l’équipe. Il faut être ferme. Il n’y aura pas de demi-mesure. »

16h16 - « Il y eu des larmes »

« Il y a une décision qui a été prise dans le sens de poursuivre la course. Les coureurs ne méritent pas d’être pénalisés par les agissements d’un individu. Le Tour c’est énorme pour les coureurs. On a 4 coureurs néophytes. On en était aux larmes. L’envie, c’est de continuer avec eux sur le Tour. De relever le défi.

16h10 - Sanquer : « Un mélange de de stupeur, de colère et d’incompréhension »

Le manager de l'équipe Cofidis Yvon Sanquer s'exprime sur l'affaire Di Grégorio en conférence de presse. « On arrive un matin dans cette situation. C’est un mélange de stupeur, de colère et d’incompréhension. Mais on va s’attacher à analyser tout ça à froid. » 

16h00 - Conférence de presse Cofidis

Suivez en direct sur RMC la conférence de presse de l’équipe Cofidis.

15h13 : Guimard entre incompréhension et colère
Cyrille Guimard, membre de la Dream Team RMC Sport, a réagi sur l’affaire de dopage qui secoue ce mardi Cofidis. L’ancien directeur sportif de Cofidis ne cache pas sa surprise : « Je ne comprends pas comment un coureur comme Di Gregorio peut plonger dans ce genre de problèmes. Attendons les conclusions de l’enquête, mais on ne met pas les gens en garde à vue pour rien. On sait très bien qu’il est impossible de passer entre les gouttes et que si on prend des produits, cela sera détecté dans l’année. Vraiment, Je ne comprends pas » a déclaré Cyrille Guimard.

15h11 : Cofidis poursuit le Tour
Malgré l’interpellation de Rémy di Grégorio ce mardi matin à l’hôtel de la formation à Bourg-en-Bresse, Cofidis a décidé de poursuivre le Tour de France. Les huit coureurs restants seront donc au départ de la 10e étape, mercredi à Mâcon. « Ce cas isolé ne doit pas remettre en cause la participation de l’équipe au Tour de France et pénaliser ceux qui n’ont rien à se reprocher, a indiqué la formation française dans un communiqué. L’équipe se présentera donc au départ demain matin. »

15h05 : Di Grégorio suspendu par Cofidis
Par le biais d’un communiqué, la formation Cofidis a décidé de suspendre Rémy Di Grégorio, interpellé ce mardi matin à son hôtel. Le Marseillais, soupçonné de dopage, pourrait être licencié si « les faits sont établis ». « Les soupçons qui pèsent sur le coureur mis en cause, Rémy di Grégorio, nous amènent à appliquer de manière stricte et immédiate les sanctions en vigueur dans notre équipe concernant la violation des règles d’éthique. Rémy di Grégorio est donc suspendu, dès à présent, à titre conservatoire, dans l’attente de plus amples informations concernant la réalité des faits qui lui sont reprochés, Si ces faits sont établis, celui-ci sera licencié sur le champ comme le prévoient les termes de son contrat et la politique d’éthique de l’équipe. »

15h00 : Di Grégorio ciblé pour des stéroïdes ?
Selon nos informations, l’interpellation de Rémy Di Grégorio (Cofidis) ce mardi sur le Tour de France serait liée à l’utilisation de substances interdites et notamment de stéroïdes. L'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (Oclaesp) enquête depuis un an sur le coureur français de l’équipe Cofidis. Lundi, en présence d’un agent d’Interpol, les gendarmes de l’Oclaesp ont organisé l’opération de ce mardi, qui consistait à prendre le Marseillais en flagrant délit.

14h36 - Di Grégorio en garde à vue

Rémy Di Grégorio (27 ans), coureur de la formation Cofidis, a été placé en garde à vue dans le cadre d'une commission rogatoire ouverte en juin 2011 pour trafic de produits dopants en bande organisée, a indiqué à l'AFP le procureur de Marseille Jacques Dallest. Le Marseillais a été interpellé dans la matinée à l’hôtel de son équipe à Bourg-en-Bresse.

13h50 : Sanquer ne veut pas s’exprimer pour l’instant
Yvon Sanquer, le manager de l’équipe Cofidis, a refusé de répondre aux questions des journalistes ce mardi en début d’après-midi, alors que micros, caméras et autres appareils photos s'installent devant l'hôtel de l'équipe à Bourg-en-Bresse. Ancien directeur sportif d’Astana, il n’a pas dirigé Rémy Di Grégorio dans l’équipe kazakhe. Une conférence de presse de Cofidis aura lieu à 16h.

13h32 : « Une présomption de dopage »
Selon l’AFP, le dossier est instruit par Annaïck Le Goff, une juge d’instruction du pôle santé de Marseille pour « une présomption de dopage ».

13h17 : Le coureur interpellé est Di Grégorio
Le coureur interpellé par les policiers et gendarmes de l'Office central contre les atteintes à l'environnement est Rémy Di Grégorio. Ce dernier a été arrêté à l’hôtel de la formation Cofidis, ce mardi à Bourg-en-Bresse où il passait sa journée de repos. Le Marseillais, qui évoluait chez Astana la saison passée, avait rejoint l’équipe française en début de saison.

12h47 : Descente de police chez Cofidis
Le début de la journée de repos sur le Tour de France a été agité au sein de la formation Cofidis, ce mardi. Des policiers et gendarmes de l'Office central contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique ont investi, dans la matinée, l’hôtel de la formation française à Bourg-en-Bresse sur la demande d’un juge d’instruction de Marseille, indique l’AFP. L’agence de presse, qui cite le parquet, indique qu’un coureur français a été interpellé et que deux autres personnes ont été placées en garde à vue à Marseille. Selon une source toujours citée par l’AFP, le dossier « a été ouvert l'an dernier » et « connaît une actualité ces jours-ci ». Le nom du coureur arrêté n’a pas été dévoilé.