RMC Sport

Tour de France: le gros coup de gueule de Rossetto contre De Gendt après l'échappée ratée

Stéphane Rossetto était en colère ce mercredi, à l'arrivée de la 11e étape du Tour de France remportée par Caleb Ewan au sprint. Le coureur Cofidis accuse Aimé De Gendt de ne pas avoir fait le travail dans l'échappée du jour, et d'être sorti juste pour aller chercher le maillot de super combatif.

Stéphane Rossetto en avait gros sur le coeur ce mercredi, à l'arrivée de la 11e étape du Tour de France remportée au sprint par Caleb Ewan à Toulouse. Le coureur de la Cofidis était dans la bonne échappée du jour (dès le kilomètre zéro), accompagné de ses compatriotes Anthony Perez (Cofidis) et Lilian Calmejane (Direct Energie) mais aussi d'Aimé De Gendt (Wanty-Gobert).

Le Belge est parti en solitaire à 11 kilomètres de l'arrivée de cette 11e étape à Toulouse, sentant le peloton revenir. Pas suffisant pour aller au bout, Caleb Ewan ayant enlevé l'étape au sprint. Mais parfait pour gratter le maillot de combatif du jour... ce qui n'a pas plus du tout à Stéphane Rossetto. 

"A la fin, il nous flingue"

"On a fait une belle course, on a tenté. Je me dis qu'un jour, ça marchera. Par contre, pour que ça marche, il faut que tout le monde soit loyal. Lilian (Calmejane) était loyal, Anthony (Perez) était loyal. Par contre le Belge (Aimé De Gendt), c'est bon quoi!, s'emporte le coureur Cofidis à l'arrivée. On a dit qu'on roulait à fond à partir de tel kilomètre, il roulait aussi vite qu'avant, il passait juste son vélo. Et à la fin, il nous flingue juste pour aller faire le dossard rouge (du meilleur combatif du jour)... moi ça me casse les couilles des mecs comme ça. Tu ne peux pas aller au bout avec des mecs comme ça! Il faut que tout le monde soit sur la même longueur d'onde, il faut être une équipe! Ça me casse les couilles, tu tombes sur des ratagasses!"

"Moi je donne tout et lui fait semblant de tout donner juste pour aller faire son dossard rouge, regrette-t-il. C'est bien mais ce n'est pas l'objectif! A un moment donné, il faut y aller quoi! Le final s'y prêtait. Ok on ne serait peut-être pas allé au bout mais s'il est capable de faire ça, c'est qu'il n'était pas à fond. S'il avait passé ses relais comme moi, comme Lilian ou Anthony... Eux n'étaient pas bien et ont tout donné, moi j'étais correct. Mais lui n'a pas tout donné. Et à l'arrivée, il ne va même pas dire merci, rien... ça vaut rien ces mecs-là!"

"Il ne m'a rien demandé"

Des propos auxquels Aimé De Gendt a répondu sur France 2. Très calmement. "Je ne trouve pas. j'ai fait mon travail, plus que l'autre je pense, réplique le Belge. J'ai aussi tout donné, je me sentais le plus fort dans le groupe, je voulais tout donner et je pense qu'à la fin, je suis le meilleur. Il ne m'a rien demandé pour avoir le prix de la combativité. Je pense que c'est pour le meilleur coureur, j'ai fait ma partie du travail, comme Rossetto." Un Stéphane Rossetto qui s'échappait pour la quatrième fois depuis le début de ce Tour.

"Je trouve que c’est Anthony qui fait un peu de travail parce que quand je lève la tête, il est déjà dans ma roue et je me sens le plus fort et j’ai attaqué, a-t-il confirmé devant les médias. Jusqu’à 120 kilomètres on a bien travaillé ensemble puis après on a roulé à bloc. A la fin je sens que je peux rouler plus vite et j’ai fait ça."Ce qui n'a guère plu. 

A.Bo avec Nicolas Pottier