RMC Sport

Tour de France - Voeckler : "Ce serait suicidaire de ne pas montrer le maillot "

Thomas Voeckler

Thomas Voeckler - AFP

Thomas Voeckler espère que son équipe Europcar sera offensive sur ce Tour de France 2015, qui débute samedi à Utrecht. Car la formation de Jean-René Bernaudeau n’a toujours pas de sponsor pour l’an prochain.

Thomas Voeckler, à quel Tour de France vous attendez-vous ?

Il y aura un début de course tendu. C’est traditionnel. Une étape de plat au début ou à la fin, ce n’est pas du tout la même tension. Ce sera très stressant au début. Après, il y a des étapes pour des explications très tôt pour les costauds. Il y a très peu de contre-la-montre mais des bonifications aux arrivées. Pour le public, cela ne représente peut-être pas grand-chose mais pour des coureurs comme moi qui aiment attaquer, ça peut condamner des échappées. Lorsqu’il n’y avait pas de bonification, il pouvait y avoir deux courses : une pour la victoire d’étape qui peut m’intéresser et l’autre pour le classement général. Cette fois, les leaders vont rouler pour la victoire pour grappiller des secondes. Ça change beaucoup de choses.

Votre sponsor va partir. Cela met-il la pression ?

Oui, il y a une pression. La situation est préoccupante. Il n’y a pas de sponsor pour 2016. On est quand même début juillet. Le bon point, c’est qu’on est tous solidaires et qu’on a un collectif vraiment soudé. On va essayer de faire un beau Tour et si les bonnes nouvelles doivent arriver, ça voudra dire qu’on aura fait un beau Tour.

Cela change-t-il la manière de courir ?

Un peu parce qu’il faut se montrer. Si vous avez un sponsor pour les quatre prochaines années, vous pouvez en garder sous la semelle, vous priver d’une échappée. Quand vous êtes en recherche de partenariat, il y a un aspect marketing qu’on ne peut pas écarter. Le Tour a de telles retombées médiatiques que ce serait suicidaire de ne pas montrer le maillot.

Propos recueillis par Georges Quirino