RMC Sport

Tour de France: Willy Voet, ancien soigneur chez Festina, tacle Virenque

Willy Voet

Willy Voet - AFP

Soigneur de l’équipe Festina lorsque le scandale de dopage a éclaté avant le Tour de France 1998, Willy Voet s’est confié ce dimanche dans Le Parisien. Et "ne regrette rien".

"Est-ce que je recommencerais à transporter des produits dopants si c’était à refaire? Oui, je le referais". Ce dimanche dans un entretien accordé au journal Le Parisien, Willy Voet a accepté de remonter le temps. Et de revenir 20 ans en arrière, quand le soigneur de la Festina était arrêté trois jours avant le départ du Tour de France 1998 par les douaniers, avec des centaines de produits dopants dans le coffre, destinés aux coureurs.

"Dans le contexte de l’époque, je ressentais une immense fierté d’être l’homme de confiance de l’équipe", confie pourtant l’homme désormais âgé de 73 ans, en retraite dans les Hautes-Alpes. "Ce n’était pas une mission qu’on confiait à n’importe qui. Cela voulait dire que je comptais. Je ne regrette rien". D’ailleurs, Willy Voet affirme qu’il était loin d’être le seul à réaliser ce genre de pratiques.

"Virenque me fait la gueule et est ingrat"

"Il m’est arrivé de demander à des soigneurs d’autres équipes de me dépanner en produits dopants. Il te manquait un truc? Hop, t’allais voir le collègue. Festina n’était pas un cas isolé. Mais bon, il fallait un maillon faible pour tout faire exploser et c’est tombé sur moi. Paradoxalement, je pense toujours qu’on n’était pas les pires et que nous, on avait un docteur qui faisait gaffe à la santé des coureurs. Au moins, on ne traitait pas les coureurs comme des chevaux."

Les coureurs justement, certains lui en veulent encore, 20 ans après. "Virenque, il me fait la gueule et est ingrat", assure Voet. "Il y a quelques années, le Tour est passé à Gap, près de chez moi. J’y suis allé. Virenque m’a ignoré. Je n’ai pas insisté mais ce jour-là, j’ai compris sa vraie nature. Il est dur et injuste (...). Armstrong, on lui a retiré ses sept Tours et Virenque garde son palmarès? Allons… Et en plus, il est super populaire. Vous êtes bizarre les Français. Vous sifflez Froome et faites des photos avec Virenque."

DW