RMC Sport

Voeckler a fait le pois

Le coureur Europcar a conservé le maillot de Meilleur Grimpeur à Peyragudes.

Le coureur Europcar a conservé le maillot de Meilleur Grimpeur à Peyragudes. - -

Avec détermination, Thomas Voeckler s’est assuré de revenir à Paris avec le maillot blanc à pois rouges de meilleur grimpeur. Une belle fin de Tour pour le coureur Europcar qui n’était même pas sûr d’être au départ.

Si on le lui avait dit le 30 juin à Liège, il ne l’aurait pas cru. Le maillot à pois de meilleur grimpeur, Thomas Voeckler n’en avait pas vraiment rêvé. Contraint de déclarer forfait pour les championnats de France en juin pour soigner son genou, le Vendéen avait pris le départ du Tour sans grande certitude, sans grosse ambition non plus. Et puis, la douleur s’est estompée, les jambes ont bien tourné et le leader de l’équipe Europcar a pu se montrer, s’octroyant même deux étapes. Cerise sur le gâteau, mercredi, dans le terrible tracé pyrénéen entre Pau et Bagnères-de-Luchon, le chouchou du public français a même enlevé le maillot à pois des épaules de Fredrik Kessiakoff. Jeudi, il l’a conservé, avec une formidable volonté.

« Ce matin, je suis parti avec une calculette dans la tête. C’était très stratégique en plus d’être physique et avec Kessiakoff, on a vraiment bagarré ferme. Il s’est battu jusqu’au bout et je suis content d’être sorti vainqueur de ce mano a mano », a commenté Thomas Voeckler, qui n’est encore jamais monté sur le podium aux Champs-Elysées. L’année dernière, il était passé tout près, sans y parvenir. « J’étais encore maillot jaune à trois jours de l’arrivée et j’ai laissé échapper le podium par ma faute à cause d’une erreur stratégique dans l’Alpe d’Huez », se remémore le coureur, leader pendant dix jours en 2011. Cette fois, sauf grosse chute d’ici dimanche, Thomas Voeckler ralliera Paris avec le maillot à pois.

Voeckler : « Un maillot qui correspond à ma conception du cyclisme »

Il devance Kessiakoff de 11 points et seulement 5 seront encore en jeu vendredi. « Ce sera notre troisième maillot en peu de temps », fait remarquer le manager d’Europcar, Jean-René Bernaudeau. En 2010, Anthony Charteau avait été sacré meilleur grimpeur, en 2011, Pierre Rolland avait ramené le maillot blanc de meilleur jeune. « L’équipe ne déçoit pas. Je suis très fier de mes gars », poursuit Bernaudeau. Pour Voeckler, cette distinction « a une valeur inestimable », surtout sur le Tour. « C’est un maillot qui correspond bien à mon idée du vélo : l’offensive, le panache. Il ne signifie pas que vous êtes le meilleur grimpeur du Tour mais il correspond bien à ma conception du cyclisme toujours tourné vers l’attaque. » Et de présenter ses excuses pour avoir levé le pied dans le Port de Balès en fin d’étape, une fois les précieux points acquis. Thomas Voeckler aime le beau vélo et il est exigeant. La recette du succès.

Sylvie Marchal avec GQ, PYL, RP