RMC Sport

Voeckler contrôle la situation

Pour sa quatrième journée en jaune, Voeckler a parfaitement contrôlé ce vendredi à Lourdes

Pour sa quatrième journée en jaune, Voeckler a parfaitement contrôlé ce vendredi à Lourdes - -

Pour son quatrième jour en jaune, Thomas Voeckler a parfaitement maîtrisé les événements. Toujours aux avant-postes, le leader d’Europcar s’attend à vivre un tout autre scénario de course, ce samedi entre Saint-Gaudens et le Plateau de Beille.

Moins fourbu que la veille, Thomas Voeckler a rallié l’arrivée à Lourdes dans un fauteuil. Même pas mal, pourrait-on dire, tant sa maîtrise fut totale sur cette étape où il était dit que les favoris en garderaient sous la pédale, avant la grande explication espérée de ce samedi, entre Saint-Gaudens et le plateau de Beille.
S’il y a sept ans, « Ti-Blanc » semblait un peu flotter dans son maillot jaune un poil trop grand pour lui, cette année, il lui va comme un gant. Une vraie taille patron, en somme, même si le leader d’Europcar continue à botter en touche à l’évocation d’un bail prolongé. « Je le dis et je le répète, je n’ai aucune chance de gagner le Tour de France, lâche-t-il. Je prends ce maillot au jour le jour, mais à part un accident ou une chute, que voulez-vous qu’il m’arrive ? Perdre ce maillot ne va pas changer ma vie. »

Un p’tit jaune pour la route…

En revanche, poursuivre l’aventure en jaune à l’issue de l’arrivée au Plateau de Beille, là même où il avait conservé pour une poigné de secondes cette précieuse tunique en 2004, donnerait un peu plus encore d’épaisseur au personnage. Car jusqu’à présent, Voeckler a parfaitement assumé son rôle et endossé ses responsabilités.
Juché sur son vélo jaune de circonstance siglé Colnago, l’Alsacien a joué les tours de contrôle. Un coup d’œil par ci, une consigne à l’oreille d’un de ses lieutenants à droite. Escorté dans la montée de l’Aubisque, seul devant dans la descente pour éviter qu’on ne le fasse chuter. Pour résumer, du travail de pro. « Le début de course fut difficile, reconnaît toutefois l’ancien double champion de France. Pas mal de coureurs voulaient s’échapper. Mais l’équipe a super bien bossé. Nous n’avons rien à nous reprocher. » Allez, Thomas, encore un p’tit jaune pour la route…