RMC Sport

Kern au nom des siens

Première victoire française sur le Dauphiné, avec Christophe Kern d'Europcar

Première victoire française sur le Dauphiné, avec Christophe Kern d'Europcar - -

Beau doublé de la formation Europcar, qui a placé Christophe Kern (1er), et Thomas Voeckler (3e) sur le podium de la 5e étape du Critérium du Dauphiné, vendredi aux Gets. La victoire de deux amis.

On attendait Thomas Voeckler, mais c’est un autre coureur de la formation Europcar qui a coupé le premier la ligne d’arrivée en haut des Gets. Avec Christophe Kern (1er), et l’Alsacien (3e), l’équipe française qui évolue cette saison en seconde division du plateau UCI (Europe Tour) a fait coup double, vendredi lors de la 5e étape du Critérium du Dauphiné. Un tracé de moyenne montagne, long de 210 km, qui mit beaucoup de temps avant d’accoucher d’une explication de texte. L’Américain Jason McCartney (Radioshack) a mené la course presque de bout en bout, comptant jusqu’à 12’ d’avance, avant de se faire rejoindre par le peloton à trois kilomètres de l’arrivée. Dans l’ascension, les grosses écuries, Garmin, Katusha, Astana, se regardaient en chiens de faïence, et c’est l’équipe Europcar de Voeckler qui restait en embuscade.
On voyait Yukiya Arashiro, Sébastien Chavanel, et Christophe Kern aux avant-postes, protéger le Champion de France, à la recherche de sa huitième victoire de la saison. Mais c’est Kern, Alsacien tout comme Voeckler, qui s’échappa à 2,5km de l’arrivée ! Un groupe de cinq prédateurs, candidats au général, autour de Vinokourov (Astana), Wiggins (Sky), et Rodriguez (Katusha), tentait bien de revenir sur le fuyard, mais à chaque fois, Voeckler en chien de garde parfait, contrecarrait la moindre contre-attaque qui aurait pu menacer son compagnon de chambrée, stagiaire comme lui chez Bonjour au début des années 2000. A défaut de revenir au porteur du maillot tricolore, cette étape devait rester entre les mains d’un coureur Europcar. Kern franchit la ligne, le maillot ouvert, la langue pendante, mais avec 7 précieuses secondes sur le coureur Saxo Bank, Chris Anker Sorensen (2e), et Voeckler (3e).

Bernaudeau verse une larme

A 30 ans, celui qui fit 2e lors de la fameuse victoire de Brice Feillu à Arcalis en 2009, dédia son succès du jour à tous ceux qui aujourd’hui et hier ont travaillé et cru en lui. « C’est super, ça fait longtemps que je courais après une étape du Dauphiné, de montagne. Au 1er jour je me suis fais reprendre à 800m (16e à 45’’ de Van den Broeck). Aujourd’hui, j’ai tout donné pour Jean-René (Bernaudeau) qui a toujours cru en moi. Même quand j’ai été blessé, il est resté à mes côtés. Je viens de lui rendre la balle. » Le patron d’Europcar, qui connu le tandem Voeckler-Kern du temps de Bonjour, versa sa petite larme. « C’est un bon gars. » Belle image aussi que celle de Voeckler, bras levé après le doublé de son équipe. C’est le premier succès français sur cette 63e édition du Dauphiné.
Bradley Wiggins est toujours porteur du maillot jaune et bleu, et l’écart avec Cadel Evans, peu en vue aujourd’hui (11e), n’a pas bougé (+1’’11). Samedi, la 6e et avant-dernière étape (192,5 km) s’achève en haut du redoutable Collet d'Allevard, difficulté classée hors catégorie, après une ascension de 11km. Les purs grimpeurs, attentistes vendredi, auront la parole.