RMC Sport

Une étape sous haute tension

-

- - -

Deux coureurs en sont venus aux mains à l’arrivée de la 5e étape à Gueugnon.

Décidément, il se passe toujours quelque chose cette année lors des arrivées d’étape. Après les chutes à répétition qui ont marqué les premiers jours, la 5e étape, la plus longue du Tour (227 km), a elle aussi connu un improbable épilogue. Si la météo était très orageuse, il y avait bel et bien de l’électricité dans l’air dans les rues de Gueugnon. « Dans le final, tout le monde était vraiment très nerveux », observe Lance Armstrong. La chaleur, étouffante, et la fatigue n’expliquent pas tout.
Si l’Australien Robbie McEwen (Katusha) a chuté juste après la ligne d’arrivée, deux coureurs, le Portugais Alberto Rui Costa (Caisse d’Epargne) et l’Espagnol Carlos Barredo (Quick Step), en sont carrément venus aux mains quelques instants après la victoire de Mark Cavendish. Témoin de cette scène aussi surréaliste que rarissime sur le Tour, Anthony Charteau (Bbox Bouygues Telecom), l’un des échappés du jour, raconte : « J’ai cru entendre parler de gestes déplacés de la part de Costa dans le peloton. Il y a beaucoup de tensions lors des arrivées au sprint et quelques coureurs ne respectent plus grand-chose. Costa est un jeune (23 ans, ndlr). C’est dommage car c’est un super coureur. Il gâche toutes ses chances de faire un beau Tour de France. Quand on se fâche avec les anciens, ce n’est pas bon signe. »
Si tout est très rapidement rentré dans l’ordre, grâce notamment à l’intervention des policiers, cette altercation atteste de la très grande nervosité qui anime le Tour de France cette année.

AB