RMC Sport

Mondiaux : Trevejo, de Cuba aux Bleus

Ivan Trevejo

Ivan Trevejo - -

En lice aux Mondiaux de Budapest (5-12 août), Ivan Trevejo va connaître sa deuxième compétition avec la nationalité française après les championnats d’Europe à Zagreb (Croatie) en juin dernier. Doublé médaillé olympique avec Cuba aux JO de 1996 et 2000, l’épéiste croit en son destin. Avec l’immense fierté d’être français.

« Je suis super heureux. J’ai beaucoup travaillé pour avoir la nationalité française. C’est quelque chose de grand. J’ai du mal à l’exprimer avec des mots. C’est très fort. » Ivan Trevejo (41 ans) ne parvient pas à cacher son émotion. Alors que les championnats du monde d’escrime ont débuté ce lundi à Budapest (Hongrie), l’ancien Cubain est d’ores et déjà qualifié pour les 32e de finale grâce à son classement (14e mondial). Mais l’épéiste gaucher a surtout connu un destin extraordinaire. Avec Cuba, il remporte une médaille d'argent aux Jeux Olympiques de 1996 à Atlanta en individuel et une médaille de bronze aux JO de Sydney en 2000 par équipes.

Mais en 2002, Ivan Trevejo décide ne pas rentrer à Cuba. A la suite d’une compétition à Barcelone, il fuit et laisse sa famille à La Havane. « Ce fut très difficile. Le fait de partir de son pays natal est très compliqué, admet-il. Cette décision a été importante dans ma vie. » Un changement de vie qui s’est transformé en bonheur immense. Naturalisé français en 2010, le champion du monde par équipes en 1997 au Cap entame un nouveau tournant dans sa carrière.

« Je remercie la France pour la possibilité qu’elle me donne aujourd’hui de disputer les championnats du monde. Je veux aller le plus loin possible et pourquoi pas faire une médaille, confie le licencié du Cercle d’Escrime d’Aulnay-sous-Bois. Le physique est au beau fixe. J’ai bien travaillé. Je peux être performant. » Huitième des derniers championnats d’Europe de Zagreb en juin dernier, Ivan Trevejo est passé tout près de ramener dans son escarcelle « sa » première médaille pour la France.

Obry : « Il vit son rêve »

Marié et père d’un petit garçon, le Sétois a vécu des moments très pénibles pour en arriver là. « Je lui tire mon chapeau. Il mérite vraiment beaucoup de félicitations. Ayant connu son parcours et sachant ce qu’il a vécu, c’est magnifique, se réjouit Hugues Obry, son entraîneur. A présent, il peut vivre pleinement son rêve. Je lui souhaite que du bonheur et plein de réussite pour ces championnats du monde. » Autrefois adversaire, les deux hommes s’étaient rencontrés en demi-finales par équipes des Jeux Olympiques 2000, à Sydney.

« Sur un nuage », Ivan Trevejo partage aujourd’hui sa joie avec toute l’équipe de France. « C’est le premier à vouloir défendre les couleurs de la France et à crier ‘‘France’’ à chaque fois, témoigne le champion olympique 2004, membre de la Dream Team RMC Sport. Il est pétillant et jeune dans sa tête et dans les jambes. Il commence à faire son âge seulement après trois matchs. C’est incroyable. » Comme son prochain rêve. Faire les JO 2016 à Rio. Il aura alors 45 ans.

A lire aussi :

>> Obry : « Je ne demande pas la lune »

>> Mondiaux - I.Lamour : « Traumatisé par ce qui s’est passé à Londres »

>> Mondiaux : Les sabreurs français en 32es

Xavier Martel avec Rodolphe Massé, à Budapest