RMC Sport

A. Diarra : « J’espère que Blanc ne démissionnera pas »

Alou Diarra

Alou Diarra - -

Le capitaine des Bleus est revenu pour RMC Sport sur le cas de son sélectionneur, déstabilisé par l’affaire des quotas qui secoue actuellement le football français.

Alou Diarra, comment analysez-vous cette affaire de quotas et de discriminations révélée par Mediapart et qui agite actuellement le football français ?

Quand on parle de quota, de pourcentage de joueurs de couleurs, cela sort de l’éthique du sport. Je trouve que la couleur d’un individu et ses origines ne sont pas un critère de choix. Je ne suis pas le seul à le penser. Pour le reste, je connais bien le sélectionneur. Il y a une certaine confusion et beaucoup d’amalgame. Ce n’est pas quelqu’un de raciste.

Il s’est dit beaucoup de choses lors de cette fameuse réunion du 8 novembre dernier…

Je ne veux pas commenter les propos. Je ne les connais pas tous, ni les termes de cette réunion. Je veux juste parler de l’homme et du sélectionneur que je connais. J’ai juste porté un jugement sur quelqu’un que je connais.

Avez-vous eu Laurent Blanc au téléphone ?

Non, je ne l’ai pas eu. J’ai suivi cette affaire comme d’autres. J’ai été choqué par certains mots.

Pensez-vous qu’il doit démissionner ?

Tel que je le connais, il doit être énormément touché par cette affaire. C’est quelqu’un de très ouvert et de tolérant. Il a besoin de prendre un peu de recul. Démissionner ? Je ne l’espère vraiment pas. Il est en train de faire de l’excellent travail avec les Bleus. Il ne faut pas négliger tout ce qu’il a fait depuis sa prise de fonction de l’équipe de France.

Avez-vous évoqué ce sujet avec d’autres coéquipiers de l’équipe de France ?

Non pas du tout. Ils sont au courant de la situation et de la polémique comme tous. Cela doit en pousser certains à beaucoup de réflexion et d’interrogation sur le sujet.

Avez-vous été confronté à des problèmes de racisme que ce soit en France ou à l’étranger dans votre carrière ?

Plutôt à l’étranger. Dans certains stades, j’ai été confronté à certains cris racistes. Je n’ai jamais été trop touché par ce fléau-là. Heureusement pour moi. Mais je sais que d’autres joueurs de couleurs ont été plus touchés que moi.

Etes-vous inquiet pour l’image de l’équipe de France ?

Disons qu’on n’avait pas besoin de cette affaire. On était dans une situation où on essayait de redorer notre blason et de donner une bonne image du groupe France. C’est déplorable. Mais on fera avec.