RMC Sport

Affaire Ménès: Marlène Schiappa trouve les images "profondément choquantes"

Marlène Schiappa, la ministre déléguée auprès du ministère de l'Intérieur, chargée de la citoyenneté, a expliqué ce lundi sur BFMTV être très choquée par les images montrant Pierre Ménès embrasser de force deux journalistes à la télévision.

"Embrasser quelqu'un de force/par surprise, lui 'attraper les fesses'... Sur un plateau TV" est une "agression sexuelle punie par la loi", a rappelé lundi le ministère de l'Intérieur, en allusion au chroniqueur de Canal + Pierre Ménès, mis en cause dans deux affaires d’agressions sexuelles.

Invitée à réagir à cette publication du ministère de l’Intérieur, dont elle fait partie, Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la citoyenneté, s’est gardé d’accuser frontalement Pierre Ménès ce lundi sur BFMTV, dans la mesure où elle aurait pu enfreindre, en agissant ainsi, "un certain nombre de principes de respect de la séparation des pouvoirs et de la présomption d’innocence, puisqu’il n’y a pas eu de jugement".

Néanmoins, la ministre a tout de même livré son sentiment sur les scènes qui tournent sur les réseaux sociaux, où l’on voit Pierre Ménès embrasser de force Francesca Antoniotti dans l'émission "Touche pas à mon sport" sur D8 (ex-C8), en 2016. Une autre scène, datant de 2011, montre également Pierre Ménès embrasser de force une de ses consoeurs, Isabelle Moreau, lors de la 100e du Canal Football Club.

Schiappa met en garde contre la banalisation de ces faits

"Les images avec Pierre Ménès qui embrasse une journaliste, je les trouve très choquantes, profondément choquantes, a répondu la ministre. Je l’ai dit à plusieurs reprises, dans plusieurs émissions, pour d’autres faits. Il y a des phénomènes qui sont graves, qu’on ne doit pas banaliser. Oui, c’est choquant qu’un journaliste sportif profite de sa notoriété et du fait qu’on soit en direct pour commettre des agressions sexuelles. Et ensuite faire passer les victimes pour des gens qui manqueraient d’humour parce que ça ne les fait pas rigoler de se faire agresser sexuellement en direct sur un plateau de télévision."

Le site Les jours assure par ailleurs qu'en août 2016, à la fin d'une émission du "Canal Football Club", le chroniqueur aurait soulevé la jupe de Marie Portolano avant de lui attrapper les fesses, "hors antenne mais face au public". Réagissant auprès des Jours, Pierre Ménès a déclaré:"Moi, si ma direction n'a rien à dire, je n'ai rien à dire non plus. Surtout si c'est pour m'accuser de conneries et de merde". Le journaliste est attendu sur le plateau de l’émission Touche pas à mon poste pour s’expliquer dans la soirée.

QM